Podcasts sur l'histoire

Chronologie de Rumi

Chronologie de Rumi


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

  • 1207 - 1273

    Vie du poète persan Rumi, considéré comme l'un des plus grands artistes littéraires du monde.

  • c. 1215

    Le père de Rumi fuit Balkh, en Afghanistan, pour échapper aux envahisseurs mongols ; déménage sa famille à Konya, en Anatolie.

  • c. 1228

    Rumi est un professeur et théologien très respecté vivant à Konya. À la mort de son père, il assume son rôle de chef de la communauté religieuse.

  • 1244

    Rumi rencontre le mystique soufi Shams-i-Tabrizi et les deux deviennent des amis inséparables.

  • 1248

    Shams-i-Tabrizi disparaît ; Rumi reconnaît que leur connexion spirituelle est en cours et commence à composer des vers.

  • 1248 - 1273

    Rumi compose de la poésie mystique pour le reste de sa vie, y compris son célèbre ouvrage, le Masnavi, encore inachevé au moment de sa mort.


Histoire du soufisme

L'origine exacte du soufisme est contestée. Certaines sources affirment que le soufisme est la dimension intérieure des enseignements de Mahomet, tandis que d'autres disent que le soufisme est apparu pendant l'âge d'or islamique du VIIIe au Xe siècle environ. Selon Ibn Khaldoun, le soufisme était déjà pratiqué par les Sahaba, mais avec la propagation des tendances matérielles, le terme soufi était simplement appliqué à ceux qui mettent l'accent sur la pratique spirituelle de l'islam. [3]

Origines Modifier

Ahmet Karamustafa décrit le renoncement ( زُهد zuhd) comme une forme de piété répandue dans les communautés musulmanes au premier siècle du règne abbasside. [4] Ibrahim ibn Adham al-Balkhi (m. 777-78) a adopté un style de vie ascétique avec une « aversion radicale » pour la vie sociale dominante. [4] Les disciples du prédicateur Hasan al-Basri ont fondé un ribat sur l'île d'Abadan sur le Tigre près de Basra. [4] Karamustafa cite également Rābiʿa al-ʿAdawiyya, Shaqiq al-Balkhi, Al-Darani, Dhul-Nun al-Misri, Yahya ibn Mu'adh al-Razi et Bayazid Bastami comme quelques-unes des figures pionnières des tendances introspectives qui conduirait à ce qu'on appellera plus tard le soufisme. [5]

Soufis de Bagdad Modifier

Une pratique distincte de piété associée à l'introspection, s'inspirant de différentes pratiques et idées, a pris forme à Bagdad dans la seconde moitié du IXe siècle. [4] Les membres de la première génération de soufis à Bagdad comprenaient Harith al-Muhasibi, Abu Hamza al-Baghdadi [ar] , Abu Sa'id al-Kharraz, Abu al-Husain al-Nuri, Junayd al-Baghdadi, Ruwaym, et Khayr an-Nassaj [ara]. [6] Une génération suivante a inclus Abu Bakr al-Shibli, Al-Jurayri [ar] , Rudbari et Ja'far al-Khuldi [ar] . [6]

Codification de la doctrine Modifier

Vers la fin du premier millénaire de notre ère, un certain nombre de manuels ont commencé à être écrits résumant les doctrines du soufisme et décrivant certaines pratiques soufies typiques. Deux des plus notables sont Kashf al-Mahjûb (Révélation du Voilé) de Hujwiri, et Al-Risala al-Qushayriyya (Le Message) d'Al-Qushayri. [7] Selon le mystique médiéval tardif Jami, Abd-Allah ibn Muhammad ibn al-Hanafiyyah (mort vers 716) a été la première personne à être appelée « Soufi ». [8]

Deux des plus grands traités d'Al Ghazali, le "Renouveau des sciences religieuses" et "l'Alchimie du bonheur", soutenaient que le soufisme provenait du Coran et était donc compatible avec la pensée islamique dominante, et ne contredisait en aucune façon la loi islamique— étant au contraire nécessaire à son accomplissement complet. Cela est devenu la position dominante parmi les érudits islamiques pendant des siècles, contestée seulement récemment sur la base de l'utilisation sélective d'un ensemble limité de textes. exemple nécessaire ] . Les efforts continus des érudits musulmans traditionnellement formés et des universitaires occidentaux rendent les travaux d'Al-Ghazali disponibles en traduction anglaise pour la première fois, [9] permettant aux lecteurs anglophones de juger par eux-mêmes de la compatibilité de la loi islamique et de la doctrine soufie.

Tous les ordres soufis revendiquent une chaîne de direction directe à Muhammad, via Ali, à l'exception des Naqshbandis qui revendiquent un lien direct avec Muhammad via Abu Bakr. Au XIe siècle, les ordres soufis (Tariqa) ​​ont contribué à la diffusion institutionnelle du soufisme. [dix]

Espagne musulmane Modifier

À partir du IXe siècle et tout au long du Xe siècle, al-Andalus abritait des croyances et des pratiques orthodoxes assez strictes. [11] Les études coraniques et la jurisprudence (fiqh) étaient les types d'érudition acceptés et promus qui ont façonné les croyances et les pratiques de la région. Les premières fuqaha espagnoles étaient quelque peu sceptiques à l'égard de la pensée philosophique ainsi que du soufisme. Au cours des siècles suivants, en particulier aux XIIe et XIIIe, le soufisme est devenu plus accepté et quelque peu assimilé à l'islam andalou. [12] Les savants ont généralement vu cela s'épanouir plus tard de deux manières différentes. Pour certains, il reflète l'influence de la tradition mystique de Cordoue attribuée à Ibn Masarra. [13] D'autres attribuent un crédit exclusif à l'influence des mystiques orientaux, incluant le plus souvent les pensées et les enseignements d'al-Ghazali. [14]

Un personnage en particulier a souvent été crédité comme étant la première introduction du soufisme en Espagne : Ibn Masarra. [15] Il a vécu de 883 à 931 et est né en dehors de Cordoue. Beaucoup considèrent qu'il a créé la première école soufie de la province, cependant, ses enseignements étaient en dehors du soufisme dit « principal » qui était plus courant en Orient de son vivant. [16] Avec Ibn Masarra, il y a eu une « brève floraison » [17] du soufisme en Espagne, et plus tard les soufis espagnols ont reflété son influence sur eux. Après la mort d'Ibn Masarra, en 940, ses partisans sont tombés sous la lourde persécution des juristes qui ont détruit les œuvres d'Ibn Masarra et ont également forcé ses partisans à se rétracter. [18] Les effets de sa pensée et de celle de ses disciples apparaîtront à nouveau aux XIIe et XIIIe siècles au milieu de soufis ultérieurs comme Ibn Arabi. [19]

Au XIIe siècle, se produisirent des glissements vers l'acceptation - ou du moins la tolérance - de la philosophie et du soufisme dans ce qui était auparavant des croyances strictement orthodoxes. Beaucoup de gens ont commencé à lire et à traduire les œuvres de philosophes tels qu'Aristote et Platon. À la pointe du mouvement philosophique en Espagne se trouvaient Ibn Bajjah, Ibn Tufail, Ibn Rushd et un érudit juif nommé Ibn Maimun. [20] Ibn Tufail a introduit l'élément du soufisme dans cette façon de penser philosophique. Le soufisme andalou était à son apogée à cette époque. [21] À cette époque également, le soufisme oriental se développait davantage en tant que mouvement communautaire, tandis que celui de l'Occident (y compris en al-Andalus) restait en grande partie une poursuite individuelle. [22]

Un groupe de maîtres soufis qui ont défendu les œuvres de théosophes tels que Ghazali et al-Qushayri a commencé à émerger à la fin du XIe et du début au milieu du XIIe siècle. Abu l-'Abbas ibn al-'Arif (1088-1141) était l'un des soufis les plus éminents d'Espagne et l'un des premiers pendant l'apogée du soufisme dans la péninsule. [11] Il appartenait à ce que l'érudit espagnol de l'Islam, Miguel Asin Palacios, a appelé « l'École d'Almeria », ainsi nommé pour sa situation géographique. [23] Ibn al-Arif a été l'un des premiers à interpréter Ghazali en Occident, et il a également fondé une méthode d'entraînement spirituel appelée tariqah. [20] Ibn Qasi, disciple d'Ibn al-‘Arif, a créé un groupe de fidèles religieux au Portugal et a construit un monastère à Silves. Il est l'auteur du Khal al-Na'lain, sur lequel Ibn 'Arabi écrira plus tard un commentaire. [24] Ibn Barrajan (mort en 1141), qui était un élève et ami d'Ibn al-‘Arif, qui vivait et enseignait à Séville mais était originaire d'Afrique du Nord, a été appelé le Ghazali de l'Occident. [25] Ibn Barrajan et Ibn al-‘Arif ont tous deux été jugés pour hérésie parce que leurs opinions étaient en conflit avec celles des Almoravides au pouvoir. Cependant, Ibn Barrajan semble avoir été plus actif dans l’utilisation du soufisme comme moyen de défier les érudits et les juristes coraniques. [26]

Ibn Arabi, autre figure clé de cette période de soufisme dans la région, est né à Murcie en 1165 au début du règne almohade. Il est l'un des soufis les plus importants d'Espagne, bien qu'il - comme beaucoup d'autres soufis andalous - finira par quitter la péninsule et voyager à travers l'Afrique du Nord et l'Est. [27] Ses travaux en Andalousie se sont concentrés principalement sur l'individu humain parfait, la métaphysique monastique et le chemin mystique vers la perfection spirituelle et intellectuelle. Les thèmes centraux d'Ibn 'Arabi étaient l'unité de tous les êtres, ou "wahdat al-wujud", et aussi comment Dieu se reflète dans le monde. [28] Selon Ibn 'Arabi, les principales pratiques des soufis andalous incluaient l'ascèse, la pauvreté et la dévotion au Coran. [29]

Peu de temps après la mort d'Ibn 'Arabi, al-Andalus connut une « aridité spirituelle » [30] au milieu du XIVe siècle. La seule exception à cette tendance était Ibn Abbad al-Rundi (1332-1390), un membre de l'ordre Shadhiliyya qui est né à Ronda et dont l'érudition a réuni des voies mystiques et juridiques. [31] Son travail a aidé le soufisme à devenir plus accepté dans les sciences islamiques. [32]

Bien que le soufisme ne fasse plus directement partie de la vie andalouse après que les monarques catholiques ont expulsé les musulmans d'Espagne, chez les mystiques chrétiens espagnols du XVIe siècle, tels que San Juan de la Cruz et Teresa d'Avila, beaucoup ont vu l'influence durable du soufisme dans Espagne. [33]

Entre les XIIIe et XVIe siècles de notre ère, le soufisme a produit une culture intellectuelle florissante dans tout le monde islamique, un « âge d'or » dont les artefacts physiques sont toujours présents. Dans de nombreux endroits, un lodge (connu sous le nom de zaouïa, khanqa, ou tekke) serait doté par une pieuse fondation à perpétuité (waqf) pour fournir un lieu de rassemblement aux adeptes soufis, ainsi qu'un logement pour les chercheurs itinérants de la connaissance. Le même système de dotations pourrait également être utilisé pour payer un complexe de bâtiments, comme celui entourant la mosquée Süleymaniye à Istanbul, comprenant un pavillon pour les demandeurs soufis, un hospice avec des cuisines où ces demandeurs pourraient servir les pauvres et/ou compléter un période d'initiation, une bibliothèque, et d'autres structures. Aucun domaine important de la civilisation de l'Islam n'est resté épargné par le soufisme à cette époque. [34]

Le soufisme a été un facteur important dans la propagation historique de l'islam et dans la création de cultures islamiques régionales, en particulier en Afrique [35] et en Asie. Des travaux universitaires récents sur ces sujets se sont concentrés sur le rôle du soufisme dans la création et la propagation de la culture du monde ottoman, y compris une étude des différentes branches des ordres Naqshbandi [36] et Khalwati, [37] et dans la résistance à l'impérialisme européen dans Afrique du Nord et Asie du Sud. [38]

Propagation en Inde Modifier

Les musulmans d'Asie du Sud suivent en bonne place les ordres Chishtiyya, Naqshbandiyyah, Qadiriyyah et Suhrawardiyyah. Parmi eux, l'ordre Chishti est le plus visible. Khwaja Moinuddin Chishti, un disciple de Khwaja Usman Harooni, le promoteur de cet ordre, l'a introduit en Inde. Il est venu en Inde depuis l'Afghanistan avec l'armée de Shihab-ud-Din Ghuri en 1192 après JC et a commencé à vivre de manière permanente à Ajmer à partir de 1195. Des siècles plus tard, avec le soutien des dirigeants moghols, son sanctuaire est devenu un lieu de pèlerinage. Akbar avait l'habitude de visiter le sanctuaire chaque année. [2] Certains soufis n'étaient pas contre l'absorption d'idées de l'hindouisme pour leurs chants de dévotion, le soufisme jouant le rôle principal de point de contact entre l'hindouisme et l'islam. 189 Cette conversion a laissé beaucoup de ceux qui se sont convertis via le soufisme plus hindous dans la pratique que musulmans. 194

Les conquêtes turques en Asie du Sud étaient accompagnées de quatre mystiques soufis de l'ordre Chishtiyya d'Afghanistan : Moinuddin (d. 1233 à Ajmer), Qutbuddin (d. 1236 à Delhi), Nizamuddin (d.1335 à Delhi) et Fariduddin (d.1265 au Pakistan maintenant au Pakistan) [3] . Sous le règne de Muhammad bin Tughluq, qui étendit le sultanat de Delhi vers le sud, la Chistiyya étendit ses racines dans toute l'Inde. [4] Les soufis brillent à Ajmer au Rajasthan et Nizamuddin Auliya à Delhi, Ashraf Jahangir Semnani à Kichaucha Shariff appartiennent à cet ordre.

L'ordre Suharawardi a été lancé par Abu al-Najib Suhrawardi, un soufi persan né à Sohrevard près de Zanjan en Iran, et amené en Inde par Baha-ud-din Zakariya de Multan. L'ordre Suhrawardiyyah du soufisme a gagné en popularité au Bengale. [5] En outre, l'ordre Suhrawardiyyah, sous la direction d'Abu Hafs Umar al-Suhrawardi (m. 1234), a également légué un certain nombre d'enseignements et d'institutions qui ont influencé l'élaboration d'autres ordres qui ont émergé au cours des périodes ultérieures.

L'ordre Khalwati a été fondé par Umar al-Khalwati, un soufi azerbaïdjanais connu pour entreprendre de longues retraites solitaires dans le désert de l'Azerbaïdjan et du nord-ouest de l'Iran. Alors que les branches de l'ordre du sous-continent indien n'ont pas survécu jusqu'aux temps modernes, l'ordre s'est ensuite étendu à l'Empire ottoman et y est devenu influent après avoir été persécuté par la montée des Shahs safavides au XVIe siècle. [37]

L'ordre Qadiriyyah fondé par Abdul Qadir Gilani dont le tombeau se trouve à Bagdad. Il est populaire parmi les musulmans de l'Inde du Sud. Baha-ud-Din Naqshband (1318-1389) du Turkestan a fondé l'ordre du soufisme Naqshbandi. Khwaja Razi-ud-Din Muhammad Baqi Billah dont la tombe est à Delhi, a introduit l'ordre Naqshbandi en Inde. L'essence de cet ordre était l'insistance sur l'adhésion rigide à la charia et l'amour nourrissant pour le Prophète. Il était patronné par les dirigeants moghols, car son fondateur était leur Pir ancestral (guide spirituel). « La conquête de l'Inde par Babur en 1526 a donné une impulsion considérable à l'ordre Naqshbandiyya » [6] . Ses disciples sont restés fidèles au trône en raison de l'origine turque commune. Avec le patronage royal de la plupart des dirigeants moghols, l'ordre Naqshbandi a provoqué le renouveau de l'Islam dans sa forme pure. Les ordres soufis étaient parfois proches des puissances dirigeantes telles que l'Empire ottoman, contribuant à leur propagation et à leur influence. [39]

==Soufisme au Bangladesh==Le soufisme au Bangladesh est plus ou moins similaire à celui de l'ensemble du sous-continent indien. L'Inde, prétend-on, est l'un des cinq grands centres du soufisme, les quatre autres étant la Perse (y compris l'Asie centrale), Bagdad, la Syrie et l'Afrique du Nord. Les saints soufis ont prospéré dans l'Hindoustan (Inde) prêchant les enseignements mystiques du soufisme qui ont facilement atteint les gens du commun, en particulier les chercheurs de vérité spirituelle en Inde. [40] Le soufisme au Bangladesh est aussi appelé pirisme, d'après les pirs ou maîtres dans la tradition soufie [41] (appelé aussi Fakir). [42] Le soufisme a énormément influencé la population locale et donc ces maîtres soufis ont été le facteur le plus important dans les conversions sud-asiatiques à l'islam, en particulier dans ce qui est maintenant le Bangladesh. La plupart des musulmans bangladais sont influencés dans une certaine mesure par le soufisme. La conversion à l'islam de la population de ce qui allait devenir le Bangladesh a commencé au XIIIe siècle et s'est poursuivie pendant des centaines d'années. Les pirs musulmans qui erraient dans les villages et les villes étaient responsables de nombreuses conversions. [43]

Une majorité de musulmans bangladais perçoivent les soufis comme une source de sagesse et d'orientation spirituelle et leurs khanqahs et dargahs comme des centres névralgiques de la société musulmane [44]. ). [45]

Le soufisme est populaire dans des pays africains comme le Maroc et le Sénégal, où il est considéré comme une expression mystique de l'islam. [47] Le soufisme est traditionnel au Maroc mais connaît un renouveau croissant avec le renouveau du soufisme autour de maîtres spirituels contemporains tels que Sidi Hamza al Qadiri al Boutshishi. Le soufisme a subi des revers en Afrique du Nord pendant la période coloniale la vie du maître soufi algérien Emir Abd al-Qadir est instructive à cet égard. [48] ​​Les vies d'Amadou Bamba et de Hajj Umar Tall en Afrique subsaharienne et de Cheikh Mansur Ushurma et Imam Shamil dans la région du Caucase sont également remarquables. Au 20ème siècle, certains musulmans plus modernistes ont qualifié le soufisme de religion superstitieuse qui freine les réalisations islamiques dans les domaines de la science et de la technologie. [49] Un certain nombre de convertis occidentaux à l'islam ont également embrassé le soufisme, [ citation requise ] aboutissant parfois à un syncrétisme considérable ou à un spiritualisme générique détaché de l'islam, comme dans le cas du « Soufisme universel » ou des écrits de René Guénon ou de G. I. Gurdjieff.

L'un des premiers à revenir en Europe en tant que représentant officiel d'un ordre soufi, et dans le but précis de répandre le soufisme en Europe occidentale, fut Ivan Aguéli. D'autres enseignants soufis remarquables qui étaient actifs en Occident incluent Bawa Muhaiyaddeen, Inayat Khan, Nazim Al-Haqqani, Javad Nurbakhsh, Bulent Rauf, Irina Tweedie, Idries Shah et Muzaffer Ozak. Les universitaires et éditeurs soufis actuellement actifs comprennent Llewellyn Vaughan-Lee, Nuh Ha Mim Keller, Abdullah Nooruddeen Durkee, Abdal Hakim Murad, Syed Waheed Ashraf et le franco-marocain Faouzi Skali.


Synopsis

Arc de héros pro

Mirko promet de donner un coup de pied à autant de méchants qu'elle en rencontrera.

Mirko est invitée à l'événement Japanese Billboard Charts, où elle est déclarée héros n ° 5. ⎘] Dans sa déclaration à la foule, elle annonce qu'elle frappera quiconque complotant pour faire de mauvaises choses. « Mirko note également le comportement audacieux de Hawks pour avoir interrompu les annonces et moqué Endeavour.

En assistant à la diffusion du combat d'Endeavour avec Hood, Mirko met ses mots à l'action et se précipite sur les lieux. Elle arrive à temps pour bloquer l'attaque de Dabi sur Endeavour et Hawks. Avec Mirko sur les lieux, Dabi choisit de battre en retraite. Mirko tente de faire tomber Dabi au « royaume venu », mais le rate alors que le méchant disparaît via un Warping Quirk inconnu utilisé par le Johnny Nomu. Après la retraite de Dabi, elle quitte rapidement la zone à la recherche de la Ligue.

Arc de guerre de libération paranormale

De nombreux héros à travers le Japon sont ralliés par le Hero Commission Service, qui révèle qu'ils ont des informations sur l'endroit où réside actuellement le Paranormal Liberation Front, récemment formé, grâce à Hawks. Mirko est affecté à l'équipe de raid de l'hôpital général de Jaku avec plusieurs autres héros professionnels. Une fois que les équipes de héros sont en position, elles se préparent toutes à la tempête qui les attend. ⎛] Après avoir atteint leur destination, les héros lancent tous leur mouvement pour abattre le Front de libération paranormal une fois pour toutes.

Mirko bat sans effort plusieurs Nomu à l'hôpital Jaku.

Endeavour dirige son équipe pour évacuer tous les civils à l'intérieur de l'hôpital de Jaku. Alors qu'Endeavour et quelques autres évacuent les patients restants à l'intérieur de l'hôpital, Mirko décide d'aller de l'avant dans l'espoir d'essayer de localiser l'emplacement du laboratoire de Kyudai Garaki, l'emplacement principal où sont actuellement fabriqués les Nomu. Cependant, alors que Mirko passe devant plusieurs couloirs de l'hôpital, elle avertit Endeavour que quelques hybrides Nomus commencent à émerger sous terre.

Malgré cela, Mirko détruit rapidement le Nomus déchaîné avec une efficacité rapide. Mirko parvient à s'écraser avec succès dans le laboratoire de Kyudai, détruisant bon nombre de ses pots reproduits par Quirk et libérant les High-Ends incomplets. En réalisant sa destination, Mirko interroge furieusement le médecin s'il est la vraie affaire au lieu d'un Double. ⎜]

"Je suis juste en train de m'échauffer pour ça!"

Mirko remarque la destruction qu'elle a causée, notant à l'équipe de raid de l'hôpital de Jaku qu'elle ne sait pas si le médecin auquel elle est confrontée est un faux. Endeavor dit à Mirko de le retenir, qu'il soit un faux ou non. Cela dit, Mirko se jette sur Kyudai et se prépare à l'assommer avec un coup de pied de lapin brutal. Cependant, elle ne parvient qu'à gratter un peu les vêtements de Kyudai grâce à l'intervention du Mocha Nomu. Mirko écarte le petit Nomu et se rend compte que cette créature a l'alter de Twice.

Mirko grimace en regardant l'infâme Kyudai sortir ses High-Ends incomplets pour lui donner du temps pour terminer les mises à niveau de Tomura. Les High-Ends attrapent Mirko par le visage et l'envoient s'écraser vers une partie supérieure du laboratoire, couverte de multiples tuyaux. Déterminée à gagner à tout prix, Mirko mentionne qu'elle vient de s'échauffer alors qu'elle se prépare pour une autre bagarre. ⎝] Elle parvient également à repérer où se cache Kyudai avec ses oreilles de lapin.

Mirko élimine Robot malgré la perte d'un bras.

Les High-Ends sont surpris qu'elle ait survécu à leur attaque et elle explique qu'elle a utilisé ses jambes pour annuler l'impact lorsqu'elle a heurté les conteneurs. Elle saute et atterrit derrière eux, se dirigeant immédiatement vers l'emplacement de Kyudai, mais les High-Ends l'interceptent. Elle utilise ensuite un Super Move appelé Luna Ring pour faire exploser le Nomus, mais l'un d'eux lui arrache le bras gauche en utilisant une sorte d'alter "Portal" inconnu. Elle écrase un Nomu avec Luna Fall avant de charger le Nomu qui lui a pris le bras, qui est surpris de la façon dont elle a chargé si intrépidement. Elle dit au Nomu alors qu'elle atterrit sur ses épaules que les gens comme lui ne se battent qu'à distance, jamais à proximité. Le Nomu lui dit de mourir mais elle ne lui dit que lorsqu'elle est prête et utilise Luna Tijeras pour arracher la tête du Nomu, le tuant dans le processus.

Mirko enveloppe rapidement son bras avec ses cheveux comme stabilisateur pour réduire la douleur. Le héros lapin dit au Nomus que puisque leurs têtes sont leurs points faibles, elle les visera. Elle mentionne également qu'elle vit sa vie tous les jours comme s'il n'y avait pas de lendemain pour elle, alors quand il sera temps pour elle de mourir, elle n'aura aucun regret et le Nomu ne sera pas sa fin. ⎞] Elle continue de combattre les High-Ends mais commence à perdre le dessus.

Mirko attaque la capsule de Tomura.

Face à cette situation, elle décide de prioriser la mission et d'arrêter le Dr Garaki au plus vite, courant vers sa position, sans se soucier des blessures causées par les Hauts de Gamme. Elle parvient à rattraper Kyudai et Tomura dans sa capsule, mais avant qu'elle ne puisse l'ouvrir, un High-End la poignarde à la jambe droite avec son Alter, prêt à la tirer en arrière. Soudain, plusieurs héros attaquent le laboratoire, parmi lesquels Endeavour, qui frappe le High-End permettant à Mirko de poursuivre son assaut. ⎟]

L'un des High-Ends attaque Endeavour, le distrayant assez longtemps pour que le Nomu qu'il combattait attaque à nouveau Mirko. Il l'attrape en la perçant avec ses tentacules et la traîne, mais avec un dernier effort, Mirko utilise son Super Move Luna Arc, endommageant la capsule contenant Tomura, à la grande horreur du Dr Garaki. Le Nomu jette violemment Mirko sur Endeavor pour le faire sortir de son dos, alors que Kyudai regarde avec horreur ses machines commencer à s'effondrer. Le blessé Mirko exhorte les héros qui sont là à détruire la capsule contenant Tomura et à abattre Kyudai, car ils ne peuvent pas laisser Tomura se réveiller quoi qu'il arrive. ⎠]

Mirko finit grièvement blessé

Endeavour remet à Mirko un gant de toilette à mordre pendant qu'il cautérise ses blessures avec son feu. Elle lui dit que Tomura est à l'intérieur de la capsule et Endeavour se rend compte qu'à peine cinq minutes se sont écoulées depuis qu'elle l'a signalé depuis que Mirko a signalé son statut avant de combattre les High-Ends. Endeavour lui rappelle une dette qu'il lui doit après Kyushu, donc elle ne peut pas mourir sur lui. Mirko répond simplement qu'il ne lui doit rien. Bientôt, d'autres héros arrivent au laboratoire et ensemble, ils parviennent à vaincre tous les High-Ends et à détruire complètement la capsule qui contient Tomura avant que Garaki ne puisse le réveiller. Pleurant sa défaite, le Dr Garaki déclare que le rêve de tous pour un est enfin terminé. ⎡]

Bien qu'il ait précédemment vérifié que son cœur ne battait pas, Tomura Shigaraki se réveille. ⎢] Voyant la situation, il utilise immédiatement son Decay, qui se propage rapidement. Le laboratoire commence à s'effondrer et les héros tentent de s'enfuir aussi vite que possible de la destruction. Endeavour transporte Mirko blessé et une héroïne sans nom tout en essayant de s'échapper du bâtiment en ruine. ⎣] Grâce à Endeavour, Mirko est l'un des rares héros à avoir survécu à la catastrophe. Après cela, alors que les survivants restants affrontent Tomura, elle est escortée en lieu sûr par l'acolyte de Ryukyu qu'Endeavour a également sauvé de la destruction de l'hôpital Jaku. ⎤]

Mirko est emmenée à l'hôpital ⎥] , où elle se remet de ses blessures, recevant une prothèse d'avant-bras pendant la période de convalescence. Au lendemain de la guerre, alors que de nombreux Pro Heroes ont démissionné, Mirko est l'un d'entre eux avec la détermination de continuer à se battre. ⎦]


La vraie histoire d'Ertugrul

Qui aurait cru qu'une émission télévisée pouvait nous éclairer de tant de manières ! Alors que le monde musulman est aspiré dans l'hystérie de Ertugrul et des drames ottomans similaires, il est crucial que nous découvrions ce qui est un fait historique et ce qui est purement à des fins de divertissement, si nous voulons vraiment profiter de l'histoire de la période ottomane. Moi aussi, j'adore regarder Ertugrul et des émissions similaires comme ‘Le siècle magnifique’ et ‘Yunus Emre’ qui enseignent tant de grandes leçons de vie, sans parler d'incorporer des histoires coraniques et des hadiths. Mais en même temps, au lieu de créer des héros de fiction, célébrons la vérité dans l'histoire et apprécions nos héros pour ce qu'ils ont VRAIMENT fait.

J'ai rassemblé des informations provenant de diverses sources turques et des publications sur les réseaux sociaux (avec des références) à partir d'informations émergentes sur les nombreux personnages vaillants que nous avons appris à aimer de cette série télévisée. Ce n'est pas un récit complet de leur vie, mais j'ai inclus les informations qui sont historiquement prouvées. InchaAllah, au fur et à mesure que de nouvelles traductions sont révélées, nous pouvons en reconstituer davantage sur leur vie. Prendre plaisir!

PROFILS DE PERSONNAGE

Le bey d'Ertugrul

Ertugrul est le père d'Osman. Avec la petite partie de la tribu Kayi, Ertugurl avec seulement 400 tentes, a emprunté le chemin difficile vers l'ouest et a jeté les bases de l'un des plus grands empires. Après que le sultan Aleaddin ait été empoisonné par Sadettin Kopek, il s'est révolté contre le gouvernement de Kopek et a proclamé son propre État, la ville de Sogut, sa capitale.

Son amour et son respect pour sa femme étaient largement connus. Il a eu quatre fils avec Halime Sultan, et il est mort à 90 ans. Les dix dernières années de sa vie ont été passées tranquillement dans sa tribu, quand en raison de la vieillesse, il a transféré toutes ses responsabilités à son plus jeune fils Osman. Une preuve historique de sa vie sont les pièces frappées par Osman qui identifient Ertuğrul comme le nom de son père, mais au-delà de cela, on ne sait pas grand-chose de lui à part les contes populaires.

Il existe des informations et des faits historiques à son sujet qui sont conservés dans les archives turques, dans les chronologies d'Ibn Arabi, dans les archives occidentales sur les Templiers, dans les chronologies byzantines et dans les légendes, mais ces informations ne représentent qu'environ 7 pages de sources selon l'acteur. Engin Altan Duzyatan, qui a donné vie à ce grand personnage. Malgré cela, Engin considère comme un grand privilège de jouer Ertugrul car il a été la première personne de l'histoire turque à s'éloigner du mode de vie nomade et à chercher à établir un état qui a duré 600 ans.

Nous savons qu'il a été enterré à Sogut en 1280. Autour de sa tombe se trouvent les tombes de Halime Sultan, Hayme Mother, ses fils, Gunduz, Savci Bey, Saru Batu et Osman, son frère Dundar, Turgut Alp, Samsa Alp, Abdurahman, et de nombreux d'autres de ses Alpes, qui ont atteint Sogut avec Ertugrul Bey. Ceux qui n'y ont pas été enterrés sont morts en cours de route.

Osman est connu comme le père de l'Empire ottoman depuis son Beylik (principauté) l'expansion du territoire ottoman a commencé. Dans les livres d'histoire, vous verrez souvent la domination ottomane appelée dynastie Osmanli. Osman est venu très tard chez ses parents. Il est né tard dans la vie d'Ertugrul et Halime. À la naissance d'Osman (1258), Ertugrul avait environ 67 ans, et comme Halime était aussi plus âgé, alors que normalement les femmes ne peuvent plus avoir d'enfants, il était considéré comme un miracle envoyé par Dieu. Les historiens considèrent un trou noir dans l'histoire ottomane pendant la vie d'Osman, car ce qui est écrit à son sujet a été découvert 100 ans après sa mort.

Gundogdu & Sungurtekin

Ils n'ont pas soutenu le chemin d'Ertugrul et, comme nous le savons, et au fil du temps se sont estompés dans l'histoire. Ils menaient une vie calme et banale, on ne sait pas grand-chose ou on n'écrit pas grand-chose à leur sujet. Il n'y a que des récits verbaux, qui ont été racontés par des gens à travers les générations. Selon cela, ils ont subi de grosses pertes lors d'une grande invasion mongole, et ce qu'il en restait, ils ont vécu dans l'asservissement sous la domination mongole.

C'était un guerrier courageux et renommé, un homme au grand cœur et aimant, dévoué à son frère, à sa tribu et à sa famille. Mais l'histoire le documente comme une personnalité faible et il a fait beaucoup d'erreurs et tout au long de sa longue vie. Il est mort à l'âge de 92 ou 93 ans, de la main d'Osman. Il s'est rebellé contre l'une des décisions d'Osman et ce fut la goutte d'eau pour Osman.

Il était l'un des guerriers les plus grands et les plus renommés de l'histoire turque, un frère de sang d'Ertugrul et son meilleur disciple et partisan, un homme très intelligent et capable. Il a vécu une vie exceptionnellement longue, même à notre époque. Il a survécu à Erugrul Bey de 35 ans, et il a été tué dans une bataille, avec sa légendaire hache de bataille à la main à l'âge de 125 ans ! Après la mort d'Ertugrul, Turgut est devenu le principal soutien d'Osman, et quand Osman a établi son sultanat, il a récompensé Turgut avec la plus haute position, en tant que gouverneur du nouvel État.

Bamsi Beyrek

C'était un héros légendaire, sa vie a été décrite dans le livre des chronologies médiévales ottomanes de cette époque, intitulé « Le livre de Dede Korkut ». C'était un guerrier féroce, un homme au grand cœur et très drôle. Sa vie amoureuse était légendaire, puisque son cœur était partagé entre deux amours. Il a passé 16 ans dans un donjon byzantin, et la princesse, qui vivait dans cette forteresse, est tombée amoureuse de lui et l'a aidé à s'échapper. On ne sait pas quand il est mort ou combien de temps il a vécu seulement qu'il a vécu assez longtemps pour cette époque, et qu'il a été pris en embuscade par la ruse et tué, laissant derrière lui une femme et des enfants. On ne peut que deviner combien de temps ce personnage sera conservé dans cette série.

Comme beaucoup d'entre nous le savent, Ibn Arabi est un célèbre chronologue, mystique, philosophe, poète, sage, il est l'un des grands maîtres spirituels du monde. Ibn ‘Arabi est né à Murcie, en Andalousie, en Espagne en 1165 et ses écrits ont eu un impact immense dans le monde islamique et le monde chrétien. Les idées universelles qui sous-tendent sa pensée sont d'une pertinence immédiate aujourd'hui. Il a été une grande source d'inspiration et de soutien pour Ertugrul Bey. Il mourut en 1240 à l'âge de 75 ans.

Après sa mort, Ertugrul Bey a continué à bénéficier du soutien d'Ibn Arabi, à travers ses nombreux écrits, livres, journaux intimes, enseignements et ses autres œuvres spirituelles, et à travers ses disciples.

Halime Sultan

C'était une princesse seldjoukide, très dévouée à son mari et à son plus grand soutien. Elle a renoncé à son titre et à la vie de son palais en raison de son amour et de son dévouement envers Ertugrul Bey. Grâce à son mariage avec Ertugrul Bey, les Turcs seldjoukides et les Turcs Oguz, les deux plus grandes branches turques étaient irrévocablement unies par des liens de sang.

Mère Hayme

Elle a vécu une longue vie et elle est venue avec eux jusqu'à Sogut. C'était une femme intelligente, attentionnée et courageuse, qui a agi en tant que Bey de sa tribu, après la mort de Suleyman Shah. Elle était très respectée et on l'appelait « la Mère du peuple ». On ne sait pas si elle a donné naissance à Gundogdu, elle l'a certainement élevé. Selon une source, Gundogdu était son propre fils. Mais, depuis que Suleyman Shah avait perdu sa première femme, avant d'endommager Hayme, certains pensent que Gundogdu est né de cette jeune femme.

Suleyman Shah

Il était une figure très respectée de cette époque, il avait 4 fils avec Hayme Mother. He died by drowning in River Euphrates, and the spot near Aleppo, where he was buried in a sacred place for Turks which is now in modern day Syria, and that territory still belongs to Turkey, it is guarded by Turkey’s military guards and you need a passport to get in there, to see the mausoleum of Suleyman Shah. Although due to the emergence of ISIS and the recent ruin of shrines and tombs from extremists, the remains were temporarily removed last year due to the situation around Aleppo, and brought to Turkey to preserve.

Saddetin Kopek

According to Ottoman sources Saddetin Kopek is considered an ambitious and evil man, his only good quality was his devotion to his State. He eventually managed to kill Sultan Aleaddin, his second wife, the Ayyubid Princess and their two sons by poisoning in 1238. He then proclaimed Sultan Aleaddin’s third and oldest son (from his first marriage), as a new Sultan through whom Kopek gained a total power. However, only one year later, he was hanged from the Palace wall.

Artuk Bey

Known as Ertugrul Bey’s right hand man in the TV series, but there is so much more to his story! Artuk Bey (also known as “Son of Eksük” or Ibn Eksuk) was a Turkish General of the Great Seljuk Empire in th e 11th century. He was the Seljuk governor of Jerusalem between 1085–1091. Artuk Bey lived in Qüddus up to his death in 1091.

Artuk Bey was one of the commanders of the Great Seljuk Empire army during the Battle of Manzikert in 1071. After the battle, he took part in the conquest of Anatolia on behalf of the Seljuk Empire. He captured the Yeşilırmak valley in 1074. He also served the sultan by quashing a rebellion in 1077.

His next mission was a campaign to capture Amid (modern Diyarbakır) from the Marwanids. In this campaign he quarrelled with the Commander in Chief Fahrüddevlet who tended to make peace with Marwanids. In a surprise attack he defeated reinforcements to Marwanids. However, when the Sultan Malik Shah I heard about the event he suspected Artuk Bey of dissension.

Artuk Bey left the battle field and attended to Tutush I who was Malik Shah’s discordant younger brother in Syria in 1084. In 1086 he was instrumental in defeating Süleyman, the sultan of Seljuks of Turkey in a battle between Süleyman and Tutush.

The Beylik of Artukids was named after him, founded 11 years after his death by his sons. His valiant sons are El Gazi ibn Artuk who battled Baldwin II of Edessa at the Battle of Hab, Syria (1119) but lost and Soqman ibn Artuk, the ally of the hot tempered Tugtekin Bey, The Governor of Damascus against the Crusaders in 1104 at the Battle of Harran near Raqqa.

On this battle the Seljuk Army finally captured Crusader Knights Baldwin Il of Edessa who called himself, King of Tripoli and Jerusalem and Joscelin of Courtenay who called himself Prince of Galilee. Although, they managed to escape later. Soqman ibn Artuk become famous and a true honour to the late Artuk Bey.

Emir Al-Aziz of Aleppo

Al Aziz Muhammad ibn Gazi (1213 – 1236) was the Ayyubi Emir of Aleppo and the son of az-Zahir Gazi (r) and grandson of the great Salahuddin Al Ayubi (r), the liberator of Jerusalem from the Crusaders and Templars. His mother was Dayfa Khatun(r), the daughter of Salahuddin’s brother al-Adil(r). Al-Aziz was aged just three when his father az-Zahir Gazi died in 1216 at the age of forty-five. He immediately inherited his father’s position as ruler of Aleppo. A regency council was formed, which appointed Shihab ad-Din Tughril(r) as his guardian. Tughril was a Mamluk of az-Zahir Gazi and the effective ruler of Aleppo for the next fifteen years.

Al-Aziz did not take actual control of power until the age of seventeen, at which point he retained Tughril as his treasurer. In general, he avoided becoming drawn into the complex disputes between different members of the Ayyubi dynasty, and concentrated instead on strengthening the defenses and infrastructure of Aleppo. Among the construction works begun by az-Zahir Gazi and completed by al-Aziz Muhammad were the re-fortification of the citadel, and, within it, the building of the palace, the mosque, the arsenal and the water cisterns.

Al-Aziz is known to have married Fatima Khatun, daughter of al-Kamil, who apparently shared his passion for building and commissioned the construction of two madrasas in Aleppo.
Al-Aziz died on 26 November 1236 at the age of just twenty-three. His eldest son, an-Nasir Yusuf, was only seven years old, so al-Aziz’s mother Dayfa Khatun assumed the regency. Surprisingly, Al-Aziz’s daughter, Ghaziya Khatun, married the Seljuk Sultan of Rum, Kaykhusraw II (Giyaseddin Ibn Kayqubad).

sources:
“İslâm Ansiklopedisi Online (in Turkish)” PDF “TDV Encyclopedia of Islam” Archived 2014-11-10 Retrieved 25 March 2015^
Yüce- Sevim p.164^
Yüce-Sevim, p.68
Yücel, Yaşar Sevim, Ali (1990). Türkiye Tarihi Cilt I. Ankara: AKDTYK Yayınları.

Humphreys,R. S. From Saladin to the Mongols: The Ayyubids of Damascus 1193-1260, SUNY Press 1977


Historical Timeline of Turkey

Important dates in a fast, comprehensive, chronological, or date order providing an actual sequence of important past events which were of considerable significance to the famous people involved in this time period.

A Neolithic city is established at Catalhoyuk in central Anatolia, the world's first known settlement date back to 6500 BC. The Republic of Turkey was founded in 1923.

23000 BC: A cave at Karain, north of Antalya, is inhabited by humans, the oldest known evidence of habitation in Anatolia.
6500 BC: A Neolithic city is established at Catalhoyuk in Central Anatolia, the world's first known settlement.
5000 BC: Stone and Copper Age. People have already been living in Anatolia for 20,000 years.
2600 BC - 1900 BC: The Proto-Hittite Empire flourishes in Central Anatolia and the Southeast.
1900 BC - 1300 BC: The Hittite Empire flourishes, battles Egypt. Patriarch Abraham, who has been dwelling in Harran, near Sanliurfa.
1300 BC - 1260 BC: The Trojan Wars described by Homer in the Iliad.
900 BC - 800 BC: Rise of Phrygian, Lydian and Carian cultures.
725 BC: King Midas rules the Phrygians from his capital of Gordion.
561 BC - 546 BC: Croesus rules the Lydians until his defeat by the Persian Empire.
353 BC: The death of Mausolus, ruler of the Hectamonid clan, who built his famous tomb at Halicarnassus.


See How Grown Up Beyoncé's Twins Are In These New Photos

Beyoncé and Jay-Z's twins, Rumi and Sir, were born in June 2017. We savoir more than two years have passed, but it's impossible to consider the fact that the babies that blew up Instagram with likes are no longer babies. In a year-in-review video on her Instagram, Beyoncé shared a few photos of toddlers Rumi and Sir. Toddlers.

The twins turned 2 on June 13 last year, and according to this video, they had an enviable birthday party. The video shows a shot of their cake, which had the twins' names on the base in red letters.

The photo that really turns heads is this holiday shot of the beautiful family, all dressed in formal black and white. Sir and Jay-Z are in tuxedos, while Bey, Blue Ivy, and Rumi are in all-white dresses.

One of the best things about this image is how much Rumi and Blue Ivy look alike. Blue turns 8 in six days (January 7) and is vraiment growing up. But one look at her younger sister's face, and you'd think you were staring at a Blue toddler pic from 2014.

The twins seem to enjoy each other's company and are equally photogenic, especially when the spotlight is on them. This birthday shot is definitely worthy of framing, and it probably already has a prominent spot in the Carter home. The better quality shot is at about 52 seconds in the video, along with a clip of Sir toddling around.


Idées

-20.0% Core-Creation Cost
+1 Max Promoted Cultures

+3.00 Tolerance of Heathens

-15.0% Naval Maintenance Modifier

+3.0% Missionary Strength vs Heretics

  • Requirement(s):
      Is not: Turkey , Holy Roman Empire , The Papal State , Russia , Prussia or Angleterre
  • Est not the Emperor of China Primary Culture is Turkish Is not a colonial nation One of the following must be true:
      Est not a former colonial nation Is a former colonial nation
        Not AI
    • Country changes to Rhum Change government to an Ottoman Government Country is removed from the HRE Change government rank to Kingdom Gain a permanent claim on Region(s): Anatolia
    • Gain 'Increased Centralization' for 20 years
        +1.00 National Unrest -0.05 Monthly Autonomy Change

    • Non-canon plot overview [ edit ]

      The Mini Patrol Car Police's Big Chase (Anime: 918) [ edit ]

      Genta gets kidnapped at an eel vending fair and the Detective Boys, without Haibara, run after the kidnappers' car and embark Yumi and Naeko's car to chase them. After losing track of them, Conan remembered who the kidnappers were and remembered they used signals at the fair so they try to figure out what they tried to communicate. Then, Mitsuhiko remembered the burning tent case and the reference to the counting system. A flashback of Haibara and Rumi's leg was shown.


      Rumi Tsurumi/Relationships

      Rumi's peers include Yokko (Voiced by : Megu Sakuragawa), Mori (Voiced by :Haruka Shiraishi), Hitomi (Voiced by :Erii Yamazaki), and Yuka (Voiced by : Ibuki Kido). These four girls were part of Rumi's group during the Chiba Village Summer Camp.

      Rumi herself mentioned she would bully other girls with her classmates, but only because everyone else did it. They would get bored after a while and pick a new girl to bully. However at some point they started picking on Rumi and haven't moved on.

      They don't consider Rumi to be socially equal to them, as they talk behind her back and gossip about her. They are Rumi's bullies. Rumi is not mean back, she is actually very kind to them and only wants to fit in. She even "saves" them during the summer camp arc. Although their relationship after the camp is still questionable, Hachiman notes at least the bullying had stopped.

      Representatives

      Rumi has a formal relation with the seven other representatives for the Christmas Collaboration Event. Rumi is still seen as a loner always sitting off to the side or working on her own. Rumi is shown to at least work cooperatively with the other representatives, she even takes charge when they don't know what to do.

      Hachiman Hikigaya

      Hachiman helping Rumi on making the star decorations.

      Rumi and Hachiman have a good relationship. When they met, Rumi identified Hachiman as a loner like herself. She is more open to Hachiman in their conversations than anyone else, since both of them are fellow loners and ostracized by their peers. Rumi also addresses Hachiman by his first name. However, after the test of courage incident, she didn't speak to him and ignored him. It is likely she realized that Hachiman had planned the test of courage. 

      Rumi asking Hachiman to call her Rumi

      During the Christmas collaboration event between Sobu High and Kaihin Sogu High, Rumi recognizes Hachiman right away. She even asks him what her group should be doing when they are ignored by Tamanawa.

      Rumi was very happy when Hachiman helped her make Christmas decorations. Although she doesn't like the nickname he uses, RumiRumi.

      Hachiman sees that his method did save her from bullying, but he feels that it might’ve not been enough as she is still alone and seems lonely.

      Rumi is one of the few to call Hachiman by his first name and demanded him to call her by her first name as well (Episode 10,Volume 9). Rumi was shown to be happy when Hachiman called her by her first name.

      In light novel, after making Rumi the star of the Christmas play, Hachiman watches Rumi receiving well-deserved praise. Hachiman also praised Rumi's "celebrity quality" in his own mind but left the area without seeing or saying anything to her again. Thus Hachiman succeeded in finishing what he felt was left incomplete. Hachiman feels that Rumi is genuine, for she lent a hand to her peers even though she knew them to be fake, poor friends.

      Others

      Saika, Komachi, Yumiko, Hina, Tobe and Yui are sympathetic towards Rumi, and tried to help her socialize. It is possible that she was aware of the reason behind Hayato, Yumiko and Tobe's delinquent act at Chiba village summer camp. Yumiko feels that Rumi has the same attitude as Yukino.

      Yukino Yukinoshita

      Rumi identifies Yukino as someone like her and Hachiman when they first meet. However she is less open with her feelings to Yukino that she is to Hachiman.

      Most characters seem to think Rumi could be similar to Yukino's past version. Yukino was able predict Rumi's future social condition and there are hint's of Yukino having a similar bullied and excluded experience. Yukino also mentions to Hachiman, her desire to improve Rumi's situation

      Hayato Hayama

      Hayato wishes to make difference in Rumi's social life however he can. It is possible that  Rumi's situation reminds Hayato of a trauma or something close to his past. Yukino even pointed out that Hayato can't get this matter out of his mind. Hayato also tried resolving Rumi's situation, but failed.

      After failing with his methods, he goes against his instincts and accepts Hachiman's plan to scare Rumi's group. In Volume 9 it was mentioned that Hayato, along with his clique praised Rumi for her performance in the Christmas play.

      Yui Yuigahama

      Rumi didn't accept Yui as one of them (Loners: Hachiman, Yukino, Rumi) and states that she belonged to Hayato's group. After seeing Hachiman and Yukino include Yui in their group, she starts to talk with her more openly.


      Rumi Timeline - History

      Born in Balkh (in modern Afghanistan) but lived in Qonya, Anatolia (Turkey). Initially followed existing Sufi paths, but became a visionary ecstatic in 1244 after being inspired on a new path of aesthetic and emotional mysticism, which developed into the Mawlawi (Mevlevi) order after his death. Created an aristocratic organizational structure, with hereditary succession and wealthy corporate status. Taught that the Master of the Way was to serve as a medium between God and humanity. Played an important role in Turkish culture and the reconciliation of some Christians to Islam. Sought identification of the human self with divine Being. Famous for humanism, devotion to music, and dhikr exercises incorporating dance where dervishes imitate the order of the universe by spinning in circles around the shaykh like planets revolving around the sun this gave rise to the European expression “whirling dervishes.” Wrote more than seventy thousand verses of Persian poetry in ordinary language, expressing the experience of God's presence in creation and inspiring joy in the listener common themes are the trials of separation from the Beloved and the joys of union with Him. Most famous poem is Mathnawi, a compilation of spiritual outbursts, anecdotal ruminations, and parables expressed in poetic form. Followers believe it to reveal the inner meaning of the Quran.


      Voir la vidéo: La doctrine soufie de Rûmî (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Davey

    Vous écrivez bien. Avez-vous étudié quelque part ou est-ce que cela vient de venir avec de l'expérience?

  2. Hamelstun

    uchi-ways

  3. Ewart

    Le message d'autorité :)

  4. Khalfani

    Ici ceux sur! La première fois j'entends!

  5. Essien

    C'est dommage, que maintenant je ne peux pas exprimer - je me dépêche au travail. Mais je reviendrai - j'écrirai forcément ce que je pense.

  6. Nikom

    Une autre option est également possible



Écrire un message