Podcasts sur l'histoire

Plan de Stonehenge

Plan de Stonehenge


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Plan de Stonehenge - Histoire

Le monument néolithique le plus célèbre, Stonehenge a été construit en plusieurs phases sur un site sacré de la plaine de Salisbury. Dans la forme Stonehenge est une série d'anneaux concentriques de pierres dressées autour d'une pierre d'autel au centre. Le premier anneau a un plan en fer à cheval de cinq trilithons à l'origine, chacun de deux pierres verticales supportant un seul linteau colossal. Au-delà de ceux-ci se trouvait d'abord un cercle de plus petits montants, des pierres "bleues" sacrées, transportées du sud du Pays de Galles, puis un cercle extérieur enfermant de monolithes de grès de 13,5 pieds de haut, qui supportent ce qui était autrefois un linteau continu. Au-delà, un cercle de petites « pierres repères » mobiles a été placé dans des fosses et plus loin, une tranchée paysagée séparait le site des terres environnantes. Une longue avenue jalonnée de montants dresse un axe, identifié par la Pierre du Talon, une grosse pierre au sommet pointu.

La construction était très précise pour l'époque. L'ingénierie requise pour transporter, façonner, élever et connecter les pierres et la précision de leur positionnement en fonction des phénomènes astronomiques est une preuve remarquable des connaissances et des compétences des fabricants de Stonehenge. — JY

« Le plan de Stonehenge est à la fois centralisé & disposé autour d'un axe vertical & longitudinal, développé le long d'un axe horizontal inséré dans le plan central. par des anneaux de pierre successifs, mais ouverte à travers les écrans de pierre. En effet, au centre même, le participant aux rites de Stonehenge a connu une connexion des plus profondes avec la nature, car le monument semble avoir été dominé par un puissant culte du soleil De son centre, avec les trilithons impressionnants sur trois côtés, on pouvait observer sur le quatrième côté, au solstice d'été (le jour le plus long de l'année), le soleil levant se levant exactement au-dessus du sommet de la pierre du talon. "

— Trachtenberg et Hyman. Architecture : de la Préhistoire au Post-modernisme. p51.

Les pierres dressées mesurent jusqu'à 22 pieds de haut et pèsent jusqu'à 45 tonnes chacune. Les montants ont été soigneusement mis d'aplomb et façonnés en une convexité effilée vers le haut « anticipant l'entasis de la colonne grecque ». Les linteaux ont été coupés en légères courbes pour faire partie du cercle et ont été fixés par des tenons et mortaises en pierre intégrales.

—Trachtenberg et Hyman. Architecture : de la Préhistoire au Post-modernisme. p. 50.

"À Stonehenge, les joints à mortaise et à tenon fixent les linteaux aux sarsens de support, tandis que des languettes similaires aux joints à genouillère relient chaque linteau du cercle extérieur à son voisin."

—Elizabeth L. Newhouse, éd. Les bâtisseurs, merveilles de l'ingénierie. Washington, D.C. : La National Geographic Society, 1992. p205.

La latitude de Stonehenge est de 51 degrés 11 minutes Nord.

Nova. Les secrets des empires perdus : Stonehenge. Nova, 1997. Cassette vidéo au format VHS-NTSC. ISBN 6304463146. — Vidéo - Disponible sur Amazon.com

Spiro Kostof. Une histoire de l'architecture : décors et rituels . Oxford University Press, 1985. ISBN 0195083784. plan de Stonehenge 1 ca. 2750BC, fA, p39. plan de Stonehenge 2 postérieur au troisième millénaire av. J.-C., p39, fB. plan de Stonehenge 3, p39, fC. plan de Stonehenge 4 ca. 1500 avant JC, p39, fD. Disponible sur Amazon.com Disponible sur Amazon.com

G.E. Kidder Smith. Regard sur l'architecture. New York : Harry N. Abrams, Éditeurs, 1990. ISBN 0-8109-3556-2. LC 90-30728. NA200.S57 1990. photo, p11.

Henri Stierlin. Comprendre l'Architecture Universelle, Tome 1 . Paris : Office du Livre S.A. Fribourg (Suisse), 1977. dessin de détail en élévation montrant la profondeur de pose des pierres, p47. dessin de détail en plan et en élévation montrant la construction convexe, p47.

Russell Sturgis. Le manuel d'architecture. New York : Van Nostrand Reinhold, 1984. ISBN 0-442-20831-9. LC 84-7275. NA2840.S78. dessin en perspective, p334.


Introduction à l'astronomie : Stonehenge

Objectif : Dans ce laboratoire, nous allons concevoir des monuments de type Stonehenge pour différentes latitudes sur Terre, comprenant ainsi comment le soleil semble se déplacer tout au long de l'année. Ces feuilles contiennent également des questions auxquelles il faut répondre dans la rédaction. Matériel : démonstrateur de mouvement solaire, calculatrice scientifique, règle, rapporteur. Aujourd'hui, Stonehenge est un anneau de pierre brisée de 30 mètres de diamètre fait de blocs taillés pesant entre 25 et 50 tonnes chacun. Les blocs ont été transportés depuis Marlborough Downs, à environ 20 miles au nord du site de Stonehenge. L'anneau est appelé « anneau sarsen » et plus de la moitié de ses blocs ont été extraits au cours des siècles entre 2100 av. et aujourd'hui. Les archéologues en ont partiellement reconstitué 16, et 6 sont désormais coiffés de leurs linteaux. Il y a aussi un arrangement intérieur en forme de fer à cheval de 5 paires coiffées de linteaux appelés « trilithons ». L'ensemble est entouré d'un remblai bas de 100 m de diamètre avec un seul trou, au nord-est, dans lequel se trouve un autre rocher connu sous le nom de "pierre du talon". (Ce n'est pas la pierre de talon dans la partie supérieure de l'image ci-dessus, mais l'une des quatre "pierres de station".) Le but de Stonehenge est astronomique. Il est soigneusement aligné de sorte que, si l'on s'assoit au centre, on a une vue dégagée sur le soleil du solstice d'été se levant au-dessus de la pierre du talon. De tels monuments sont assez communs, comme Nabta ou Karnak en Égypte, Teotihuacan au Mexique, Moose Mountain en Saskatchewan, Medicine Wheel au Wyoming, ou des dizaines d'anneaux de pierre trouvés en Grande-Bretagne et en Europe occidentale.

Lors d'une enquête archéologique du 20e siècle, il a été découvert que le Stonehenge que nous venons de décrire était l'une des nombreuses versions construites sur le site. Le premier (Stonehenge I) a été construit en 2400 av. pratique. Le Stonehenge que nous voyons aujourd'hui est Stonehenge III, et semble être plus un monument aux anciens Stonehenges , une commémoration massive (peut-être cérémonielle) du site antérieur, peut-être comme l'érection d'une cathédrale plutôt que d'une petite église plus pratique. Une chose est sûre : avec son diamètre de bague plus petit, Stonehenge III est moins précis que ses prédécesseurs.

Le plan de base de Stonehenge est illustré ci-dessus, où le nord est tout droit, l'est est à droite. L'anneau sarcen extérieur entoure les 5 trilithons intérieurs, qui s'ouvrent vers le nord-est. Les pierres de couleur gris clair sont renversées, cassées ou manquantes. Des pierres plus sombres ont été restaurées par les archéologues. Pour info, des cartes plus détaillées de Stonehenge I et II et III sont incluses à la fin du laboratoire (notez que le nord est incliné à gauche dans ces diagrammes supplémentaires).

Procédure

Concevons quelques plans de type Stonehenge pour différents endroits sur Terre. Pour cela nous utiliserons deux méthodes : (1) le siège du pantalon à l'aide de nos démonstrateurs de mouvement solaire, et (2) à l'aide d'une calculatrice. À l'aide d'un rapporteur, nous allons esquisser des lignes de mire pour le lever et le coucher du soleil du milieu de l'été (solstice d'été) et le lever et le coucher du soleil du milieu de l'hiver (solstice d'hiver).

Tout d'abord, examinez le comportement du soleil au cours de l'année en remplissant le tableau suivant.

Coordonnées de la sphère céleste du soleil

Date Nom Ascension droite (heures) Déclinaison (degrés nord ou sud)
21 mars Equinoxe de Printemps


Solstice d'été


Équinoxe d'automne

21 décembre


Nous utiliserons le système de coordonnées terrestres de altitude et azimut. L'altitude mesure l'angle d'un objet en degrés au-dessus de l'horizon. Ainsi, un objet à l'horizon a une altitude de 0 degré, et un objet directement au-dessus du zénith a une altitude de 90 degrés. L'azimut est généralement mesuré en commençant au nord et en augmentant vers l'est, de sorte qu'un objet à l'est a un azimut de 90 degrés, et un objet au sud a un azimut de 180 degrés et un objet à l'ouest a un azimut de 270 degrés.

Écrivez des azimuts autour de la partie verte de votre démonstrateur de mouvement solaire. Remplissez le tableau suivant à l'aide de votre outil de démonstration de mouvement solaire. Chaque coche représente 10 degrés. Essayez d'estimer les azimuts au degré près. Le télescope Keck est situé sur la grande île d'Hawaï.

Azimuts de lever/coucher du soleil à l'aide d'un dispositif de mouvement solaire

Emplacement Latitude Az. du sol d'été. lever du soleil Az. de sol d'hiver. lever du soleil Az. de sol d'été. le coucher du soleil Az. de sol d'hiver. le coucher du soleil
Équateur 0.0



Pullman
46.8



Stonehenge 51.2



Ancrage
60.5




Ensuite, rangez votre calculatrice et essayez la formule suivante.

péché = péché o / cos L

  • est l'écart maximal par rapport à l'est (par exemple, les azimuts du lever du soleil seront de 90 degrés plus et moins ce nombre pour l'été et l'hiver, respectivement),
  • o est l'inclinaison de l'axe de la Terre par rapport à l'écliptique, 23,5 degrés, et où
  • L est la latitude de l'observatoire.

Azimuts affinés à l'aide de trig. formule

Emplacement Latitude (à partir de la formule) Az. de sol d'été. lever du soleil (90-D) Az. de sol d'hiver. lever du soleil (90+D) Az. de sol d'été. coucher de soleil (270+D) Az. de sol d'hiver. coucher de soleil (270-D)
Équateur 0.0




Pullman
46.8





Stonehenge 51.2




Ancrage
60.5




La formule suppose un horizon parfaitement plat. Q1 : Comment les nombres du deuxième tableau se comparent-ils aux nombres du premier ? (Approximativement, de combien de degrés les deux estimations diffèrent-elles en moyenne ?)

Ensuite, à l'aide d'une règle et d'un rapporteur, dessinez en ligne de mire les plans d'observatoire suivants pour chacun des 4 phénomènes répertoriés dans les tableaux ci-dessus. Le premier, pour l'équateur, est fait pour vous, en tant que modèle.

Enfin, notez que, comme dans la figure ci-dessous, si vous regardez vers le nord, au pôle nord céleste (CNP), l'altitude du CNP au-dessus de l'horizon est la même que la latitude de l'observateur. (Ceci vérifie l'équateur, où le CNP est juste à l'horizon, et le pôle nord, où le CNP est exactement au-dessus). De plus, l'angle entre le CNP et l'équateur céleste doit toujours être de 90 degrés. Donc, si le soleil est sur l'équateur céleste, alors son altitude de midi peut être trouvée en ajoutant tous les angles : (Latitude) + (90) + (Sun Alt.) = (180).


Altitudes du soleil de midi

Emplacement Latitude Alt. du soleil de midi de l'équinoxe de printemps Alt. du soleil de midi du solstice d'été Alt. du soleil de midi de l'équinoxe d'automne Alt. du soleil de midi du solstice d'hiver
Équateur 0.0



Pullman 46.8



Stonehenge 51.2



Ancrage 60.5



Les constructeurs de Stonehenge ont découvert à l'origine que le soleil atteignait le même endroit à l'horizon au milieu de l'été en observation des patients sur plusieurs années. Cela a dû être toute une découverte pour ces tribus de l'âge de pierre ! Dans votre article, dites comment vous pourriez (T2) trouver le nord, (T3 ) trouvez votre latitude actuelle, et (T4) a mis en place un (petit) stonehenge qui indiquerait les soleils levant et couchant aux équinoxes et aux solstices. Vous pouvez utiliser des appareils de mesure comme un rapporteur, une ficelle, un astrolabe (un rapporteur avec un fil à plomb attaché) et votre démonstrateur de mouvement solaire, mais vous devez être capable de faire le travail en quelques jours ou nuits - vous pouvez ' t attendre des années pour voir où va réellement le soleil.


Votre guide de Stonehenge, ainsi que 12 faits fascinants que vous ne connaissez peut-être pas

Stonehenge est l'un des monuments les plus célèbres au monde. Situé dans le Wiltshire et géré par English Heritage, le site préhistorique attire plus d'un million de touristes chaque année. Mais quand Stonehenge a-t-il été réellement construit ? A quoi servait-il ? Et pourquoi Charles Darwin a-t-il rendu visite dans les années 1880 ?

Ce concours est maintenant terminé

Publié : 12 février 2021 à 10h00

Fier de la plaine de Salisbury dans le sud de l'Angleterre, Stonehenge est l'un des monuments les plus emblématiques au monde. Plus d'un million de personnes visitent le site chaque année et le nombre est en augmentation, surtout depuis l'ouverture d'un nouveau centre d'accueil. Pourtant, on sait très peu de choses sur la structure, une absence totale de matériel écrit signifie que nous ne pouvons que spéculer sur sa création et sa signification. En conséquence, Stonehenge a été une source constante de conjectures, des premiers touristes enregistrés aux archéologues et universitaires d'aujourd'hui qui y travaillent.

Le site, tel que nous le voyons, comprend un fouillis confus de montants de pierre, certains coiffés de linteaux, ainsi que leurs compatriotes tombés au combat, le tout placé dans un terrassement bas et circulaire. Vous ne pouvez pas entrer dans le cercle de pierres pendant les heures d'ouverture normales (cela n'est possible que lors de visites spéciales), donc pour la plupart des visiteurs, le site n'est visible que de loin : alléchant, énigmatique et hors de portée.

Suivez les liens ci-dessous pour accéder à chaque section :

  • Pourquoi Stonehenge a-t-il été construit ?
  • Quel âge a Stonehenge ?
  • Combien de pierres ont été utilisées pour construire Stonehenge ?
  • D'où viennent les pierres de Stonehenge ?
  • Quelles ont été les plus grandes menaces pour Stonehenge ?
  • 12 faits fascinants sur Stonehenge

En 2018, l'historien Miles Russell – qui faisait partie d'une équipe de fouilles dans les montants centraux de Stonehenge lors de la première enquête archéologique depuis 70 ans – a répondu aux principales questions sur Stonehenge pour L'histoire de la BBC révélée

Q : Pourquoi Stonehenge a-t-il été construit ?

Au fil des ans, de nombreuses suggestions ont été faites pour expliquer pourquoi les pierres ont été installées dans la plaine de Salisbury. La première interprétation a été fournie par Geoffrey de Monmouth qui, en 1136, a suggéré que les pierres avaient été érigées comme un mémorial pour commémorer les dirigeants britanniques traîtreusement assassinés par leurs ennemis saxons dans les années qui ont immédiatement suivi la fin de la Grande-Bretagne romaine. Les pierres faisaient, a écrit Geoffrey, partie d'un cercle de pierres irlandais, appelé la danse des géants, qui ont été apportées à la plaine de Salisbury sous la direction du sorcier Merlin.

La première étude détaillée des pierres, menée par l'architecte Inigo Jones au début des années 1620, a conclu que le monument ne pouvait pas avoir été l'œuvre des primitifs britanniques qui « squattaient des grottes » et vivaient « de lait, de racines et de fruits », mais devait avoir été conçu par les Romains, étant probablement un temple dédié à Apollon.

En 1740, l'antiquaire William Stukeley publia son histoire de Stonehenge, sous-titrée « Un temple restauré aux druides britanniques ». Stukeley a suggéré que le cercle avait été construit par un sacerdoce celtique pré-romain d'adorateurs du Soleil descendant des Phéniciens, qui avaient voyagé en Grande-Bretagne depuis la Méditerranée orientale « avant l'époque d'Abraham ».

Le premier gardien officiel de Stonehenge, Henry Browne, a écrit et publié en privé le premier guide, qu'il a vendu directement aux visiteurs en 1823. Les théories de Browne, cependant, ont été façonnées par l'Ancien Testament. des quelques monuments qui avaient survécu au déluge biblique.

Une théorie populaire dans la contre-culture des années 1960 était que Stonehenge était une forme avancée d'ordinateur ou d'appareil de calcul. Dans son livre de 1965 Stonehenge décodé, l'astronome Gerald Hawkins suggère que les pierres avaient été positionnées pour prédire avec précision les événements astronomiques majeurs. De nombreuses idées de Hawkins concernant Stonehenge en tant qu'observatoire préhistorique ont maintenant été rejetées, bien que les équinoxes d'été et d'hiver restent des périodes populaires de l'année pour visiter le monument aujourd'hui.

Écoutez : Mike Pitts examine comment et pourquoi le monument a été créé, il y a plus de 4 000 ans, dans cet épisode de la HistoireExtra Podcast:

Q : Quel âge a Stonehenge ?

Endommagé et distant qu'il soit sans aucun doute, Stonehenge reste impressionnant, surtout si l'on considère qu'il a été construit il y a 4 500 ans par une société agricole préindustrielle à l'aide d'outils en os et en pierre.

Pour autant qu'on puisse le déterminer, les travaux sur le site ont commencé quelque part après 3000 avant JC, avec la construction d'une enceinte de terrassement circulaire à fossé externe. Nous ne saurons jamais pourquoi cette partie particulière de la plaine de Salisbury était considérée comme importante, mais la nouvelle enceinte, qui contenait des sépultures par crémation et des cadres pour les montants en bois et en pierre, y compris un certain nombre de pierres bleues du Pays de Galles, a peut-être agi comme une forme de cimetière communal .

Un changement majeur est survenu vers 2500 avant JC avec l'ajout d'un fer à cheval de trilithons sarsen (grès) entouré d'un cercle extérieur de sarsens, tous reliés par des linteaux. Les pierres bleues ont été, à cette époque, repositionnées en un double cercle entre les plus grandes montures de sarsen. Les Station Stones, une série de sarsens placés dans le bord intérieur du terrassement environnant, peuvent également appartenir à cette phase, tout comme le réarrangement des pierres à l'intérieur de l'entrée principale orientée nord-est de l'enceinte.

La troisième étape de modification intervient entre 2400 et 2300 av. Vers 2200 av.

En 1800 avant JC, les pierres étaient brisées et des sculptures étaient gravées dans les sarsens. À un certain moment de la période tardive ou post-romaine, au cours du 4e ou du 5e siècle après JC, les pierres bleues ont été à nouveau modifiées, mais l'étendue de cette altération est inconnue.

La première tentative pour déterminer la date de Stonehenge a eu lieu dans les années 1620 lors d'une fouille commandée par le duc de Buckingham. Malheureusement, nous savons peu de choses sur l'œuvre, si ce n'est qu'elle a exposé au moins deux grandes fosses, ainsi que des « cornes de cerf et des cornes de taureau » et des « morceaux d'armure rongés par la rouille ». Aucune de ces trouvailles ne survit. Une exploration plus poussée a eu lieu au début du XIXe siècle, des travaux qui ont peut-être contribué à l'instabilité globale des pierres. Le soir du Nouvel An 1900, une partie du cercle extérieur de pierres sarsen s'est effondrée, entraînant avec elle un linteau.

Les inquiétudes concernant la sécurité des pierres ont conduit à une nouvelle phase d'excavation et de redressement des pierres. Entre 1919 et 1926, les fouilles se sont concentrées sur le quadrant sud-est du site. Une autre campagne de fouilles s'est déroulée entre 1950 et 1964, accompagnée d'un programme de stabilisation, de réparation et de remise en pierre. Bien que la reconstruction du monument ait contribué à assurer la survie à long terme de Stonehenge, les résultats de ces fouilles n'ont été publiés qu'en 1995.

En 2008, deux fouilles archéologiques plus petites et ciblées ont eu lieu dans le cercle. La première (à laquelle j'ai participé), conçue pour enquêter sur la date, la nature et les paramètres des petites pierres internes, a permis de récupérer des preuves importantes de l'utilisation tardive et post-romaine du monument. La seconde, qui s'est concentrée sur la récupération des sépultures de crémation de la première phase du site, a démontré que des hommes, des femmes et des enfants y avaient tous été enterrés entre 3000 et 2500 avant JC. Des recherches publiées en août 2018 ont révélé que certaines des crémations préhistoriques récupérées étaient des individus qui n'étaient pas locaux au monument, probablement - bien que cela reste à confirmer - originaires de l'ouest du Pays de Galles, de l'Irlande ou du nord de l'Écosse.

L'enquête archéologique, limitée bien qu'elle l'ait été à ce jour, s'est avérée utile pour établir une chronologie de construction pour Stonehenge. Il est juste de dire qu'aucune phase du monument n'a probablement jamais été achevée, il est probable qu'il s'agissait d'un projet de construction en cours pendant une grande partie de son existence.

Q : Combien de pierres ont été utilisées pour construire Stonehenge ?

Nous ne le savons pas avec certitude, car certaines phases du monument n'ont peut-être jamais été achevées. Si nous supposons que l'anneau extérieur de sarsens était terminé, alors il aurait contenu 30 montants et 30 linteaux. Ajoutez à cela les cinq trilithons du fer à cheval central, cela nous donne 75 sarsens au total. Au-delà du centre, il y a quatre sarsens supplémentaires debout aujourd'hui, mais il y a des trous enregistrés, pour ceux déplacés ou emmenés, pour au moins dix autres.

En plus des sarsens, il y a le grand monolithe de grès (maintenant tombé) connu sous le nom de pierre d'autel, et un nombre inconnu de pierres bleues. Le cercle extérieur de pierres bleues contenait peut-être à l'origine 60 montants, bien qu'il n'y ait que des preuves certaines pour 28 et, parmi ceux-ci, seuls sept sont encore debout. Le fer à cheval intérieur en pierre bleue en contenait peut-être 19, dont seulement six sont encore debout. Une estimation prudente suggérerait quelque chose dans la région de 169 pierres sur le site à tout moment.

PLANIFIEZ VOTRE VISITE

Aujourd'hui, Stonehenge est géré par English Heritage, tandis que les terres environnantes appartiennent au National Trust (les membres de l'une ou l'autre organisation bénéficient d'une entrée gratuite sur le site, tout comme les résidents locaux). Un nouveau centre d'accueil et d'exposition a été ouvert en 2013 à 2,5 km du monument, à l'extérieur duquel se trouvent cinq maisons néolithiques reconstruites qui offrent un aperçu de la vie des personnes qui ont construit Stonehenge il y a environ 4 500 ans. À l'intérieur du centre d'accueil, vous pouvez profiter d'une visite virtuelle de Stonehenge.

Q : D'où viennent les pierres pour Stonehenge ?

Géologiquement parlant, deux sources distinctes peuvent être identifiées pour les pierres utilisées dans la construction de Stonehenge. Les montants les plus impressionnants, les sarsens, provenaient de la région, peut-être de quelque part près des Marlborough Downs, à environ 20 miles au nord. Ici, on peut encore trouver des sarsen naturels et, bien qu'aucun ne soit aujourd'hui aussi gros que ceux enregistrés à Stonehenge, c'est probablement à partir de là qu'ils ont été à l'origine extraits du sol - un effort considérable étant donné que la plupart pèsent entre 30 et 40 tonnes. [En juillet 2020, les archéologues ont confirmé que l'origine des pierres de sarsen géantes à Stonehenge a finalement été découverte, en localisant la source des pierres dans une zone à 25 km au nord du site près de Marlborough].

De Marlborough, il est probable que les blocs de forme grossière aient été transportés à travers le paysage vallonné du Wiltshire jusqu'à leur lieu de repos dans la plaine de Salisbury. La manière dont cela a été réalisé, compte tenu de la technologie et des ressources disponibles pour les peuples néolithiques, continue de perplexe, d'intrigue et d'agacer les universitaires à ce jour.

Les plus petits piliers de pierre bleue (dolérite et rhyolite) sont d'origine volcanique et ignée. La source la plus probable d'entre eux sont des affleurements dans les collines de Preseli dans le Pembrokeshire, à 155 miles à l'ouest, où des travaux archéologiques récents suggèrent la présence de carrières préhistoriques. Il est possible que les pierres aient été taillées directement sur commande ou qu'elles aient fait partie d'un cercle de pierres gallois, déplacé en gros vers la plaine de Salisbury.

Q : Quelles ont été les plus grandes menaces pour Stonehenge ?

L'armée | La plaine de Salisbury est un terrain d'entraînement depuis plus d'un siècle. Aujourd'hui, l'armée se soucie du monument, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Les tests de mines pendant la Première Guerre mondiale, ainsi que les exercices de tir de chars et d'artillerie, ont provoqué le déplacement et la fracture de certaines pierres. Puis vint l'arrivée du Royal Flying Corps en 1917, dont les avions effleurèrent les sommets des linteaux lorsqu'ils arrivèrent à atterrir.

Touristes de terrain | Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les visiteurs découpaient régulièrement des pièces pour rapporter chez eux et gravaient leurs initiales dans le monument. Les campeurs se sont installés dans le cercle, creusant des foyers qui minaient la stabilité des pierres.

Les horreurs d'origine humaine | L'accès illimité à l'intérieur de Stonehenge au milieu du XXe siècle a entraîné une érosion importante et une augmentation des déchets liés aux pique-niques. Clôtures, chemins et cabanes de gardiens ont permis de réduire les dégâts, mais ont ajouté de nouveaux éléments disgracieux. La suppression d'un parking et des cabanes, et le déplacement du centre d'accueil, ont commencé à apporter une sensation plus «naturelle» au site.

Festivaliers | Le Stonehenge Free Festival, programmé pour coïncider avec le solstice d'été, a attiré des milliers de personnes dans la plaine de Salisbury dans les années 1970 et 1980, causant des dommages importants au paysage. Il s'est terminé en 1985 après la soi-disant bataille de Beanfield, au cours de laquelle la police anti-émeute a empêché les voyageurs d'entrer à Stonehenge pour organiser le festival.

Augmentation du trafic | Au nord, l'A344 passait à quelques mètres du site, tandis que l'A303 - une route principale entre Londres et plusieurs destinations de vacances populaires - est proche au sud. Ensemble, ils ont généré des vibrations au sol. Le retrait de l'A344 a réduit la menace, bien que l'A303 demeure.

12 faits fascinants sur Stonehenge

Voici 12 des faits les plus importants sur Stonehenge et ses origines mystérieuses - de l'histoire de sa construction à ses liens fascinants avec l'astronomie, et pourquoi les vers de terre représentaient autrefois la plus grande menace pour son avenir…

Stonehenge a été construit en plusieurs étapes

Construit en plusieurs étapes, Stonehenge a commencé il y a environ 5 000 ans comme un simple enclos de terrassement où les hommes préhistoriques enterraient leurs morts incinérés. Le cercle de pierres a été érigé au centre du monument à la fin du néolithique, vers 2500 av.

Il comprend deux types de pierre différents

Deux types de pierre sont utilisés à Stonehenge : les plus gros sarsens et les plus petites pierres bleues. La plupart des archéologues pensent que les sarsens ont été amenés de Marlborough Downs (20 miles de distance), tandis que les pierres bleues provenaient des collines de Preseli dans le sud-ouest du Pays de Galles (140 miles). La méthode exacte n'est pas connue, mais les pierres ont probablement été transportées à travers le pays ou transportées sur le site à l'aide de réseaux d'eau.

Ce n'est pas un henge

Il existe de nombreux henges en Grande-Bretagne, mais vous ne pouvez pas compter Stonehenge parmi eux. Le terme décrit un terrassement surélevé avec un fossé interne Le fossé de Stonehenge est en dehors de son terrassement, ce qui signifie qu'il ne s'agit pas d'un véritable henge. Avebury, à plusieurs kilomètres au nord, est probablement le vrai henge le plus célèbre.

Stonehenge s'étend sous terre

Les pierres de sarsen à Stonehenge peuvent sembler grosses (elles le sont) mais environ un quart de leur volume est enterré sous terre pour se soutenir. La pierre 56, le plus grand montant survivant du trilithon sarsen intérieur, se dresse à 6,58 mètres au-dessus du sol, avec 2,13 mètres hors de vue, ce qui lui donne une hauteur totale de 8,71 mètres.

La première représentation de Stonehenge est rectangulaire

La première représentation de Stonehenge apparaît dans le Scala Mundi (Chronique du monde), compilé vers 1340. Le monument est dessiné de manière plutôt irréaliste, apparaissant de plan rectangulaire (plutôt que circulaire).

Il y avait à l'origine deux « entrées »

Il n'y avait à l'origine que deux entrées dans l'enceinte, explique English Heritage – une large au nord-est et une plus petite du côté sud. Aujourd'hui, il y a beaucoup plus de lacunes - c'est principalement le résultat de pistes ultérieures qui traversaient autrefois le monument.


Stonehenge comprend un cercle de 56 fosses

Un cercle de 56 fosses, connu sous le nom d'Aubrey Holes (du nom de John Aubrey, qui les a identifiés en 1666), se trouve à l'intérieur de l'enceinte. Son but reste inconnu, mais certains pensent que les fosses contenaient autrefois des pierres ou des poteaux.

Il a été construit à une époque de "grand changement"

Les décors en pierre de Stonehenge ont été construits à une époque de « grands changements dans la préhistoire », explique English Heritage, « tout comme les nouveaux styles de poterie« Beaker » et la connaissance du travail des métaux, ainsi qu'une transition vers l'enterrement des personnes avec des objets funéraires , arrivaient d'Europe. À partir d'environ 2400 avant JC, des tombes à bécher bien meublées comme celle de l'arche d'Amesbury se trouvent à proximité ».

Des objets romains ont été trouvés sur le site

De la poterie romaine, de la pierre, des objets métalliques et des pièces de monnaie ont été trouvés lors de diverses fouilles à Stonehenge. Un rapport d'English Heritage en 2010 a indiqué que beaucoup moins d'artefacts médiévaux ont été découverts, ce qui suggère que le site a été utilisé de manière plus sporadique au cours de la période.

Stonehenge a des liens fascinants avec l'astronomie

Stonehenge entretient une longue relation avec les astronomes, explique le rapport 2010 English Heritage. En 1720, le Dr Halley a utilisé la déviation magnétique et la position du soleil levant pour estimer l'âge de Stonehenge. Il a conclu que la date était 460 avant JC. Et, en 1771, John Smith pensait que le total estimé de 30 pierres sarsen multiplié par 12 signes astrologiques équivalait à 360 jours de l'année, tandis que le cercle intérieur représentait le mois lunaire.

Charles Darwin a découvert pourquoi les pierres coulaient

Dans les années 1880, après avoir effectué certaines des premières fouilles scientifiquement enregistrées sur le site, Charles Darwin a conclu que les vers de terre étaient en grande partie à blâmer pour les pierres de Stonehenge qui s'enfonçaient dans le sol.

Stonehenge était dans un piteux état au 20e siècle

Au début du 20e siècle, il y avait eu plus de 10 fouilles enregistrées, et le site était considéré comme étant dans un « état désolé », dit English Heritage – plusieurs sarsens se penchaient. Par conséquent, la Society of Antiquaries a fait pression sur le propriétaire du site, Sir Edmond Antrobus, et a proposé son aide pour la conservation.

Cet article a été initialement publié par HistoryExtra en septembre 2014 et mis à jour avec des informations de BBC History Revealed en juillet 2020


Photos du site du patrimoine mondial : Stonehenge

Les fêtards se rassemblent pour observer le lever du soleil du solstice d'été. Des milliers de personnes affluent chaque année sur le site pour accueillir le jour le plus long de l'année dans l'hémisphère nord.

"Les gens oublient ou ne réalisent pas que Stonehenge est plus qu'un simple cercle de pierres, c'est un paysage", a déclaré Eavis. « Cela en fera à nouveau un lieu de promenade. Les visiteurs pourront s'approcher des pierres par le sud, par exemple, sans se prendre la vie en main en essayant de traverser l'autoroute.

Les opposants soutiennent que le projet de tunnel peut endommager de manière irréparable un paysage ancien qui commence seulement à être compris et qui est encore plein de surprises. En juin dernier, la découverte de 20 puits profonds disposés en un énorme cercle à proximité du site a forcé le gouvernement à retarder la décision sur le projet de quatre mois supplémentaires pendant que la découverte pouvait être évaluée.

"La télédétection a révolutionné l'archéologie et transforme notre compréhension des paysages anciens, même Stonehenge, un endroit que nous pensions bien connaître", a déclaré Vince Gaffney, archéologue paysagiste à l'Université de Bradford et co-responsable du Stonehenge Hidden Landscape Project, qui a découvert les puits jusque-là insoupçonnés. « Personne ne savait qu'ils étaient là. Que ne savons-nous pas d'autre ?

À l'origine une route carrossable du XVIIIe siècle entre Londres et Exeter, l'autoroute A303 a évolué pour devenir l'une des principales artères du sud-ouest de l'Angleterre. En plus des visiteurs de Stonehenge, il transporte un trafic de camions lourds et des hordes de vacanciers se dirigeant vers les destinations balnéaires des Cornouailles et du Devon.

L'un des goulots d'étranglement les plus notoires le long de l'A303 est l'étroit tronçon à deux voies entre Amesbury et Berwick Down dans le Wiltshire. C'est là que l'autoroute passe à moins de 200 mètres du cercle de pierres emblématique, l'une des attractions touristiques les plus populaires de Grande-Bretagne. (Les rôtis de porc de l'ère Stonehenge ont uni l'ancienne Grande-Bretagne, selon les scientifiques.)

« La route n'a jamais été conçue pour un tel niveau de trafic », a déclaré Tom Fort, auteur de Autoroute vers le soleil, une histoire de l'A303. « Ils en ont amélioré des segments au coup par coup au fil des ans, en les élargissant en autoroutes à quatre voies divisées, mais le tronçon autour de Stonehenge a toujours été la partie la plus délicate. Personne n'a jamais été en mesure de s'entendre sur ce qu'il faut faire à ce sujet.

Au fil des décennies, plus de 50 propositions différentes ont été avancées pour résoudre le problème de la circulation. L'idée d'un tunnel a été proposée pour la première fois au début des années 1990 et revisitée plusieurs fois au fil des ans, mais elle a été rejetée à chaque fois en raison de son coût élevé.

The approved plan will expand the highway to four lanes as it approaches Stonehenge, then dip underground in a two-mile-long tunnel that will pass about an eighth of a mile to the south of the stone circle.

While the tunnel itself will run some 130 feet below the surface—well below any archaeological layers—the approaches and portals will be cut through potentially artifact-rich topsoil within the grounds of the World Heritage Site. That concerns Gaffney, who believes the tunnel “needs to be much longer, under the whole of the site. We shouldn’t be gouging up a World Heritage area like this. We have a duty of care.”

Prior to today’s announcement an alliance of tunnel opponents—including the Campaign to Protect Rural England and the British Archaeological Trust—called on the government to reconsider the plan.

“If A303 widening at Stonehenge is felt to be essential, it should be done by means of a deep-bored tunnel at least 4.5 kilometres [2.8 miles] long,” states their petition, which was signed by 150,000 people. “Anything shorter would cause irreparable damage to this landscape, in breach of the World Heritage Convention.”

Opponents have also voiced concern that preparatory archaeology work done in advance of the tunnel excavation won’t be held to the same high standard as an academic dig.

"As a researcher, if I want to excavate in a World Heritage Site like Stonehenge, I’d have to agree to sieve 100 percent of the topsoil," said Michael Parker Pearson of the University College London's Institute of Archaeology, who has excavated at Stonehenge for many years. "I wouldn't get a permit otherwise. The topsoil is where you get the vast majority of your archaeology." The developers building the tunnel, Pearson said, will be allowed to sieve as little as one percent of the topsoil.

English Heritage’s Eavis, however, said sifting all of the topsoil is not standard practice for a project of this size. “The line of the road has been surveyed and archaeologically evaluated, and appropriate excavation and sieving strategies put in place to make certain nothing important is missed,” she said.

Archaeologist Mike Pitts agrees. “The topsoil in the areas relevant to the tunnel project has been heavily plowed for centuries,” said Pitts, editor of British Archaeology, the publication of the Council for British Archaeology. “All that’s likely to be found is stone tools and debris from their manufacture, removed from any archaeological context.” (This ancient British monument was 10 times bigger than Stonehenge.)

Not all archaeologists are opposed to the project. “I’m a big advocate of the tunnel and getting it done as soon as possible,” said Timothy Darvill of Bournemouth University. “People need to remember that this isn’t about building a road in a World Heritage Site, as some people seem to think. It’s a project to remove an existing road and put it underground.”

Everyone agrees that the present road is a disaster and needs fixing, Darville said. “Just listen to the live video of the summer solstice [celebration] back in June. All night you can hear the road, and that was during lockdown when there was supposed to be very little traffic.”

And, Darville said, there’s another factor in the tunnel’s favor: “We understand from Highways England that if the tunnel doesn’t go ahead, there will most probably be an on-surface solution involving a dual carriageway. Nobody wants that!”


Uses Of Stonehenge

In line with the Druid theory, many people continued to believe that the Druids had used Stonehenge for sacrificial rituals. However, experts in the field have debunked this theory, claiming that Druids performed rituals in wooded and mountainous areas. Other theories suggest that Stonehenge was an important pilgrimage site, used for healing the sick. Many of the burial sites surrounding the area have been excavated, showing evidence of significant instances of trauma and deformities. People following this theory believe that the ancient cultures attributed magical healing properties to the stones.

Still, other theories suggest that Stonehenge was a stone replica of timber structures of the time. These researchers believe that timber was associated with living humans, while stone was associated with the dead. They believe that Stonehenge was the destination point of a long, symbolic funerary procession, beginning at civilizations in the east and moving along the river and over land to the west. Other researchers believe Stonehenge was built along astronomical alignments.

Only one thing is certain. The mystery surrounding Stonehenge makes it a popular tourist site today.


Second stage: 2640–2480 bce

Except for human burials, there is no evidence of activity between Stonehenge’s first and second stages of construction. About 2500 bce the sarsen stones were brought from the Avebury area of the Marlborough Downs, about 20 miles (32 km) to the north. Outside the northeastern entrance of Stonehenge they were dressed smooth by pounding with sarsen hammers. They were then arranged inside the circle in a horseshoe-shaped setting of five tall trilithons (paired uprights with a lintel)—the central and largest of which is known as the giant trilithon—surrounded by 30 uprights linked by curved lintels to form a circle. The stones appear to have been laid out systematically in units and subunits of the long foot the circumference of the sarsen circle is 300 long feet. The lintels, weighing some 7 tons each, are held on top of the uprights by mortise-and-tenon (dovetail) joints, and the ends of the curved lintels of the sarsen circle fit together with tongue-and-groove joints. All the joints were created using hammer stones, presumably in imitation of woodwork. Most of the sarsen uprights weigh about 25 tons and are about 18 feet (5.5 metres) high. The uprights of the giant trilithon, however, were 29 feet (9 metres) and 32 feet (10 metres) high, weighing more than 45 tons.

Only one of the giant trilithon’s uprights still stands, reaching a height above ground of about 23 feet (7 metres). Only six lintels (out of a total of 230) sit in place on the sarsen circle, with two more lying on the ground. Three of the five sarsen trilithon lintels are in place, with the other two on the ground. Four of the uprights from the sarsen circle are absent, and one is much shorter than the others. Although it is possible that the sarsen circle was never completed, the existence of a hole for an absent sarsen suggests that this stone and others were reused as construction materials for Roman buildings and medieval churches in the vicinity.

The bluestones were observed by Atkinson to have been arranged into a double arc, which, for convenience, he called the Q and R Holes. Atkinson’s records suggested that the Q and R Holes predated the sarsen circle and trilithons, but Darvill and Wainwright’s excavation in 2008 cast doubt on this stratigraphic relationship. It is more likely that the bluestone arc was indeed constructed as part of the sarsen circle and trilithon monument, with bluestones brought from the Aubrey Holes. Bluestones may also have been brought to Stonehenge at this time, or slightly later, from Bluestonehenge (where they had been removed by at least 2280 bce ). The bluestones weigh up to 4 tons each, and the taller ones are over 6 feet (2 metres) high. Most of them are unworked natural pillars.

Four upright stones, called the Station Stones, were erected near the Aubrey Hole ring, probably also during the second stage of Stonehenge, if not during the period between the monument’s first and second stages. Only two of the stones—both of sarsen—have survived. The four Station Stones were placed in a rectangular formation, aligned along the same solstitial axis as the great trilithon and the bluestone arc. The two missing Station Stones were partially covered by low mounds known as the South Barrow and the North Barrow. The South Barrow was raised on top of the floor of a 36-by-33-foot (11-by-10-metre) building in the shape of a D that lay immediately to the east of the small southern entrance through Stonehenge’s bank and ditch. From this entrance an undated passageway marked by timber posts led toward the centre of the monument. Other sarsens were erected within the northeastern entrance. Three of them formed a facade across the entrance, of which the sarsen known as the Slaughter Stone is the sole survivor. Beyond them lies the Heelstone, set within a circular ring ditch. From the Slaughter Stone to just past the Heelstone, three evenly spaced stone holes (undated) share the same axis as the timber posts thought to belong to Stonehenge’s first stage.

About the same time the sarsens were erected, two sets of concentric timber circles were built within a large settlement almost 2 miles (3 km) to the northeast of the Stonehenge monument. One of these circles, called the Southern Circle, was set at the centre of an ancient settlement of small houses. The other, the smaller Northern Circle, was built on the north side of the settlement. Nine houses, up to about 18 feet (5.5 metres) square in plan, were excavated in 2004–07 and reckoned to form part of a 42-acre (17-hectare) settlement that may have supported up to 1,000 such dwellings. This seasonally occupied and short-lived community is thought to have been the builders’ camp. By 2460 bce its ruins were enclosed by the bank and ditch of Britain’s largest henge enclosure, Durrington Walls. Outside its south entrance stood a third concentric timber circle—Woodhenge.


Dramatic discovery links Stonehenge to its original site – in Wales

An ancient myth about Stonehenge, first recorded 900 years ago, tells of the wizard Merlin leading men to Ireland to capture a magical stone circle called the Giants’ Dance and rebuilding it in England as a memorial to the dead.

Geoffrey of Monmouth’s account had been dismissed, partly because he was wrong on other historical facts, although the bluestones of the monument came from a region of Wales that was considered Irish territory in his day.

Now a vast stone circle created by our Neolithic ancestors has been discovered in Wales with features suggesting that the 12th-century legend may not be complete fantasy.

Its diameter of 110 metres is identical to the ditch that encloses Stonehenge and it is aligned on the midsummer solstice sunrise, just like the Wiltshire monument.

A series of buried stone-holes that follow the circle’s outline has been unearthed, with shapes that can be linked to Stonehenge’s bluestone pillars. One of them bears an imprint in its base that matches the unusual cross-section of a Stonehenge bluestone “like a key in a lock”, the archaeologists discovered.

Mike Parker Pearson, a professor of British later prehistory at University College London, told the Guardian: “I’ve been researching Stonehenge for 20 years now and this really is the most exciting thing we’ve ever found.”

The evidence backs a century-old theory that the nation’s greatest prehistoric monument was built in Wales and venerated for hundreds of years before being dismantled and dragged to Wiltshire, where it was resurrected as a second-hand monument.

Alice Roberts with Mike Parker Pearson at one of the remaining Waun Mawn stones. Photograph: Barney Rowe/BBC/PA

Geoffrey had written of “stones of a vast magnitude” in his History of the Kings of Britain, which popularised the legend of King Arthur, but which is considered as much myth as historical fact.

Parker Pearson said there may well be a “tiny grain” of truth in his account of Stonehenge: “My word, it’s tempting to believe it … We may well have just found what Geoffrey called the Giants’ Dance.”

The discovery will be published in Antiquity, the peer-reviewed journal of world archaeology, and explored in a documentary on BBC Two on Friday presented by Prof Alice Roberts.

A century ago the geologist Herbert Thomas established that the spotted dolerite bluestones at Stonehenge originated in the Preseli hills of Pembrokshire where, he suspected, they had originally formed a “venerated stone circle”.

The newly discovered circle – one of the largest ever constructed in Britain – is virtually a stone’s throw (3 miles) from the Preseli quarries from which the bluestones were extracted before being dragged more than 140 miles to Salisbury Plain some 5,000 years ago.

In 2015, Parker Pearson’s team discovered a series of recesses in the rocky outcrops of Carn Goedog and Craig Rhos-y-felin with similar stones that the prehistoric builders extracted but left behind. Carbonised hazelnut shells – the charred remains of a Neolithic snack from the quarry workers’ campfires – were radiocarbon-dated to 3,300 BC, meaning the bluestones had been quarried almost four centuries before Stonehenge was constructed.

It convinced Parker Pearson in 2015 that “somewhere near the quarries there is the first Stonehenge and that what we’re seeing at Stonehenge is a second-hand monument”.

On Thursday he talked of his excitement of finding the evidence. “How else do you explain that the stones come from a series of quarries 140 miles away as the crow flies, if there isn’t some other kind of relationship?’ It just struck me that surely there has to be a stone circle.”

Over many years, Parker Pearson and his team of professional archaeologists, students and volunteers explored every conceivable Preseli site in a needle-in-a-haystack search.

To see the invisible, they used the most advanced scientific techniques, but they failed to reveal anything in the unyielding soil around a site named Waun Mawn. It still has four monoliths, three now recumbent. A century ago, a suggestion that these were remnants of a stone circle was dismissed.

But the theory was proved correct. Parker Pearson refused to give up and resorted to tried-and-tested digging around those monoliths. “We were lucky because this circle had four stones still left. If they’d taken them to Wiltshire, we would never have found the circle’s stone-holes and I doubt archaeologists would have stumbled across this for centuries to come.”

The acidic soil had destroyed almost all organic matter that could have been carbon-dated. But traces of ancient sunlight lingering in the soil was analysed and gave a likely construction date of around 3,300BC – finally confirming Stonehenge’s secret, lost history.

This article was amended on 12 February 2021 to clarify in the subheading that it was only the Stonehenge bluestones that are believed to have first stood at Waun Mawn before being transported to Wiltshire.


Plan of Stonehenge - History

Ancient Signs
The Alphabet
& The Origins of Writing



My newest print & ebook, Ancient Signs
shows that our modern alphabet is based on alphabets derived from syllabic scripts (Sumer, Egypt, Iran, Anatolia, Crete, Cyprus).

MEGALITHS.NET
Megaliths Deciphered

Ancient Britain
STONEHENGE
GROUND PLAN
as ASTRONOMY

First-time users please read
the Index Page thoroughly for understanding.

THE GROUND PLAN OF STONEHENGE

Photographs and illustrations of Stonehenge often do not provide precise geographic orientation for the normal viewing reader, who in his mind's eye may then tend to see Stonehenge more as a simple stone circle rather than as a group of differentiable megaliths intentionally positioned by ancient man to serve a specific function. The first graphic consists of a modern photo by us (2005) plus an illustrated ground plan of Stonehenge as it appears today (both by Andis Kaulins).


STONEHENGE YESTERDAY
The middle graphic is a scan by Andis Kaulins of a fold-out Stonehenge survey map from the year 1810. One scan was made of each map half and both then pasted together on a PC using graphics software to create one image. That original survey map is found glued to the inside margin of page 55 of William Long's book, Stonehenge and its Barrows , published in Devizes in 1876 from the original publication in Wiltshire Archaeological and Natural History Magazine, vol. xvi, Wiltshire Archaeological and Natural History Society. The Stonehenge map in Long gives the same view from the bottom upwards as our photograph and illustrated ground plan above it. These two graphic images thus provide an excellent frontal view of Stonehenge combined with a matching "aerial" perspective of the larger megalithic site. Stonehenge is thereby viewed along its main axis, which is the Stonehenge Avenue, usually just called the Avenue. Gerald S. Hawkins in his book Stonehenge Decoded (p. 54) writes that the 30 sarsens were spaced uniformly as an outer circle with an average error of less than 4 inches, but "At the northeast, precisely--as might be expected--on the midsummer sunrise line, there was an entrance to this circle, made by spacing two stones (1 and 30) 12 inches farther apart than average". This gap is quite apparent in the photograph above.

In that photograph The large fallen stone a bit to the left at the top of the avenue is the Slaughter Stone, which is not as famous as the Heel Stone, not pictured here because yours truly, the photographer, like the rising sun, is standing at the location of that Heel Stone looking down the Avenue toward the awaiting Stonehenge sarsens and trilithons. The survey map has a main caption reading "Ground Plan of Stonehenge" and thereunder the words: "Transfered to Stone, from the Original Copper Plates, by the kind permission of J. Bruce Nichols Esq re ".



STONEHENGE ORIGINAL PLAN
Our graphic below shows how Stonehenge must have looked when all stones were intact in their places ca. 1749 B.C. by our calculations. Note that Stonehenge was a lunisolar calculating machine. The 30 Sarsens marked the moon stations in the stars, and the applicable stars are shown by figures, marks and holes in the sarsens. 10 Constellations were represented by the Trilithons along the ecliptic, with the open end of the horseshoe excluding Hydra (Cancer) and Leo toward the Sommer Solstice point. 19 Bluestones makred the Metonic Cycle. 30 "Y" Holes marked "full" months of 30 days. 29 "Z" Holes marked "defective" months of 29 days. The "new moon" month is 29.53 days, so the ancients used some form of alternation between these two rings. 56 Aubrey Holes were used for eclipse prediction based on the ca. 18.6-year cycle of eclipses x 3. The Avenue pointed toward the Summer Solstice point at the Heelstone on a line running from the North Celestial Pole through (or slighltly past) the tip of Ursa Minor and through Ursa Major, marked by the Slaughter Stone..


Choice of the Stonehenge Site by Astronomy

Gerald S. Hawkins in Stonehenge Decoded, Doubleday, 1965, writes that " Newham and Charriere . have both commented . that the latitude of Stonehenge is practically optimum for sun-moon rectangular alignment. [I]n the northern hemisphere there is only one latitude for which, at their extreme declinations, the sun and moon azimuths are separated by 90 degrees. Stonehenge is within a few miles of that latitude. "

As Hawkins notes, the replica of Stonehenge at Maryhill, Klickitat County, Washington, USA, is at the wrong latitude 5 degrees too far south, and hence the luni-solar alignments do not work properly. That is what happens when well-meaning people do not properly understand the astronomy of the megaliths.

Astronomical Seriousness of Stonehenge

Stonehenge was thus not just erected by chance as some kind of a "religious" object as erroneously thought by mainstream scholars ignorant of ancient astronomy, but was located pursuant to strict astronomical considerations. That is why the ancients transported giant stones over hundreds of miles from the quarries to this location, rather than to build their astronomical clock in situ.

Purpose of Stonehenge in Historical Writings

Diodorus Sicilus (1st century BC) writes in Book II, Loeb Library translation, concerning the "Hyperboreans" and
their royal kings and priests, the "Boreades" (Brits), as follows:

" And there is also on the island both a magnificent sacred precinct of Apollo [the SUN] and a notable temple which is adorned with many votive offerings and is SPHERICAL in shape.

They say also that the moon, as viewed from this island, appears to be but a little distance from the earth and to have upon it prominences, like those of the earth, which are visible to the eye.

The account is also given that the god visits the island every nineteen years, the period in which the return of the stars to the same place in the heavens is accomplished and for this reason the nineteen-year period is called by the Greeks the 'year of Meton'.

At the time of this appearance of the god he both plays on the cithara and dances continuously the night through from the vernal equinox until the rising of the Pleiades. "

The purpose of Stonehenge is thus quite clear from ancient writings as well as from modern computer studies of alignments, ala Hawkins.
It was an astronomical instrument erected in the Stone Age era at a specific location designed for its purpose by earth and sky.

Here is what we write
on the Index Page of megaliths.net
about Stonehenge:

Megaliths.net is a systématique graphic-supported analysis of megaliths and megalithic sites around the world which shows that ancient megalithic sites are land survey sites located by prehistoric astronomy. As observed by Alice Cunningham Fletcher (Alice C. Fletcher) in her 1902 publication in the American Anthropologist, there is ample evidence that some ancient cultures, e.g. the Pawnee in Nebraska, geographically located their villages according to patterns seen in stars of the heavens. FLETCHER, A. C. (1902), STAR CULT AMONG THE PAWNEE —A PRELIMINARY REPORT. American Anthropologist, 4: 730–736. doi: 10.1525/aa.1902.4.4.02a00050.


The photograph that we have inserted here at the left is a photograph that includes Alice Cunningham Fletcher with Nez Perce Chief Joseph and is described at the Wikipedia as follows:

"Alice Cunningham Fletcher and Chief Joseph at the Nez Percé Lapwai Reservation in Idaho, where Fletcher arrived in 1889 to implement the Dawes Act. The man on one knee is James Stuart, Alice Fletcher's interpreter. According to Jane Gay in "With the Nez Perces" (University of Nebraska Press, 1981), Stuart customarily kneeled in this way when he felt anxious. Photograph by Jane Gay. (Courtesy Smithsonian Institution, National Anthropological Archives [MS4558]. Images from the National Anthropological Archives may not be reproduced without permission.) "

The Smithsonian image is in the public domain.

The Hermetic PAWNEE Star Lodge System



The most ancient plan of Stonehenge looks like this
(we trust that even modern archaeologists can see the similarity)



The image above is my scan of an original survey map of Stonehenge as found glued to the inside margin of page 55 of William Long 's book, Stonehenge and its Barrows , published in Devizes in 1876 from the Wiltshire Archaeological and Natural History Magazine, vol. xvi, Wiltshire Archaeological and Natural History Society. That book is still the best book ever published on Stonehenge, except for Gerald S. Hawkins, Stonehenge Decoded.

The Pawnee Star System was applied hermetically on Earth i.e. "As Above, so Below" and Fletcher's drawings show without any doubt that this same system was quite obviously used in the oldest constructions at famous locations such as Avebury, Knowth and Stonehenge, whose clear astronomical nature is still disputed by scholars lacking kno wledge. Mainstream scholars alleging that those constructions are not clearly astronomical have not done their homework, as these Pawnee drawings -- undeniably astronomical -- prove.

I have also -- speculatively -- interpreted the Pawnee Star Lodge stellar system, which is based on a four "post hole" system, just as Stonehenge above, for example. This interpretation is not as important as the recognition that the Pawnee system and the Stonehenge and other similar constructions represent the same ancient "astronomical technology", and they do so, evidence-based, on the undisputed Pawnee example.



We have studied whether the astronomy of the Pawnee was more widespread in ancient eras, not only in the United States but around the world. It was.

We have applied the "Pawnee" hermetic astronomical principle, "as above, so below" to megalithic sites around the world, for example, to the Malta Temples, and have achieved remarkable results.

We suggest that many megaliths and megalithic sites served as boundary stones and landmarks sighted (and sited) by astronomy.

Megalithic Site Name: Stonehenge
Nation/Country/State: United Kingdom, England
District/Region/Parish/County: Salisbury, Amesbury
Local Location: Salisbury Plain
GPS: 51°10'44" N, 1°49'35" W
Grid: SU 1224 4218
Monument No.: SU 14 SW 4
Unique Identifier: 219434
instructions: On the A344 off the A303, 2 miles W of Amesbury & 9 miles N of Salisbury
Site Access: English Heritage & National Trust Members admitted free. Adults £5.90. Children £3.00. Concession £4.40. Family (2 adults + 3 children) £14.80. Closed Dec. 24-26 & Jan. 1. Opens daily 9:30 a.m. (9:00 June 1 - Aug. 31). Closes 4:00 p.m. (Oct. 16 - March 15), 6:00 p.m. (March 16 - May 31, Sep. 1 - Oct. 15), 7:00 p.m. (June 1 - Aug. 31).
Administration: English Heritage, The National Trust
Protection Status: World Heritage Site

First-time users please read
the Index Page thoroughly for understanding.


Legal Notice, Terms of Use, Impressum

This page was last updated on January 13, 2013.

All materials presented on Megaliths.net are for information only.
No other relationship under the law is established to the user.
No warranties are made regarding the truth or accuracy of postings.
We disclaim any and all liability for the consequences of links
to third party websites.





Plan of Stonehenge - History

Stonehenge: Solving Ancient Mysteries

Procedures for teachers is divided into three sections:
Prep -- Preparing for the lesson
Steps -- Conducting the lesson
Extension -- Additional Activities


Prep
Print out the student organizers for handing out during the class sessions.

  • Modem: 28.8 Kbps or faster.
  • Browser: Netscape Navigator 3.0 or above or Internet Explorer 3.0 or above.
  • Macintosh computer: System 7.0 or above and at least 16 MB of RAM.
  • IBM-compatible computer: 386 or higher processor with at least 16 MB of RAM, running Windows 3.1. Or, a 486/66 or Pentium with at least 16 MB of RAM, running Windows 95.

ermace/sth/links.html#hist
This site features a comprehensive overview of Stonehenge. Students use this site to collect facts about Stonehenge.

jmoore/bioanthro/brochure2.html
Students use this site to research careers in anthropology.

pa/uwa/whatis.htm
This site describes underwater archaeology. Students use this site as a resource to help them identify some of the tools and processes that might be needed to answer questions about an underwater excavation.

Show the students a picture of Stonehenge. (A good one may be found at http://witcombe.sbc.edu/earthmysteries/ EMStonehenge.html.) Ask the students to guess about the subject of the picture. Write down what they know about Stonehenge on the board. If they don't know what the picture depicts, tell them that it is Stonehenge, the setting of the following story.

You are visiting Stonehenge on a cold winter day in January with your family. Your little sister is complaining about the bitter cold, and your parents decide to go back to the car with her. Stonehenge fascinates you, and you really want to spend some more time exploring. You convince your parents to let you stay. As you walk the perimeter, you find a small group of people huddled around a mound of dirt. There is an air of excitement about them.

"This grave is only two feet deep. It almost looks like they buried this person really quickly."

"This soil is frozen solid. It may have just been too hard to dig very deep."

"The skeleton's head is buried at his feet. I wonder if he was killed in battle?"

"It could have been some kind of funeral ritual. This area was a battlefield for a lot of invasions. Both the Saxons and the Romans fought the English on this site."

The purpose of Activity One is for students to investigate varied occupations and research tools. Small groups will share their knowledge with the entire class.

Below are some suggested sites for researching careers in archaeology and anthropology.

First option: to create a "Scientific Career Day" exhibit. This would consist of a series of booths containing information about the various occupations. The students in the booths would be required to "act" the part of their specific occupation. This might include dressing in typical clothing, preparing demonstrations of the tools, telling stories from their "experiences" in the field, or any other creative enactments. Students should be given time to browse through the different booths and ask questions about the various occupations.

Second option: create an "Interview the Expert" panel in which students ask questions about the various occupations regarding their specialties.

For either choice, each group should prepare a document identifying and describing the profession they've researched. This document should also include information about the types of questions this profession sets out to answer, the tools and methods they use to answer these questions, and on any interesting current events, e.g., discoveries, new techniques, new theories, within the field.

The purpose of activity two is to expose students to archaeological excavations, to help them gain an understanding of the tools and processes used by archaeologists and what day-to-day life is like on a dig. Students will also have the chance to contact real archaeologists via email to ask them questions about the digs.

  • What were the archaeologists' motivations for joining the project? What questions did they have going into the project?
  • Background information on the site/object they are excavating: When was it built? Who built it? What was going on in the world when it was built?
  • What were some of the tools the scientists used to gather data on the object of the excavation?
  • What were some of the techniques the scientists used to gather information?
  • What is a scientist's typical day like on the excavation?
  • What type of information did the scientists include in their field notes?
  • What types of objects did the scientists find? How did they go about understanding what they were used for? What type of clues did they consider?
  • What types of evidence did the scientists look at while excavating?
  • What were some of the challenges the scientists faced during the excavation?
  • What are some of the questions that are still unanswered?

The purpose of Activity Three is for students to analyze real- world applications of scientific investigation.

  • A summary of the discovery and what has been learned so far.
  • A list of questions that remain unanswered regarding the discoveries.
  • A list of suggestions on how these questions could be investigated. This list should include clues, tools, and methods to answer these questions. If the students have trouble with this list, ask them to think about the types of evidence needed to answer their questions and how this evidence could be uncovered and interpreted.
  • A list of what kinds of people would be necessary to answer the questions.
  • A list of the challenges that might present themselves as these investigations proceeded.

The purpose of the Culminating Activity is for students to apply their understandings of how to use scientific evidence.

How are you? It seems like just yesterday we were studying in college together and already a year has passed! I unsuccessfully tried to contact you and finally ended up calling your parents, who told me that you had gone on an archaeological dig in England. How exciting! I've always wanted to visit Stonehenge. The newspapers reported finding that skeleton at Stonehenge with its head buried below its feet. Sounds kind of gruesome to me!

The reason for this email is that by a strange coincidence, I, too, am on an archaeological dig (my first!) in Australia and have uncovered some mysterious bones. I was hoping that as colleagues, I could try to "pick your brain"!

Here are some of the questions I have:

What questions should I set out to answer?

What initial investigative steps would you recommend we begin with?

What methods and tools do you think would be most helpful in investigating these bones?

What kind of experts do you think I'll need to call in to help?

What type of problems do you typically encounter on digs? Feel free to include advice on how to solve them:)

What does a typical day usually involve on a dig?

Thanks - I really appreciate this. This is the first dig I've ever been in charge of and I'm kind of nervous.


Voir la vidéo: I. AM. TALKING! The Pandorica Speech. The Pandorica Opens. Doctor Who. BBC (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Meztisho

    Je vais assister à ce qui est nécessaire.

  2. Keme

    C'est bien de savoir qu'il reste des blogs vraiment intéressants dans cette poubelle de la cote de Yasha. Le vôtre en fait partie. Merci!

  3. Yozshule

    C'est simplement une phrase incomparable;)

  4. Ungus

    C'est dommage, que maintenant je ne peux pas exprimer - il n'y a pas de temps libre. Mais je reviendrai - j'écrirai forcément ce que je pense.

  5. Selwyn

    A mon avis, il a tort. Je suis sûr. Nous devons discuter.



Écrire un message