Os d'Oracle


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Os d'Oracle

L'interprétation des fissures dans les carapaces de tortues chauffées et les os d'animaux comme moyen de divination était une caractéristique importante de l'ancienne culture chinoise au cours des siècles et des millénaires avant notre ère.

Les matériaux utilisés - principalement les carapaces plastrales (estomac) des tortues, et les omoplates des bovins ou des buffles d'eau - étaient importés du sud de la Chine ou d'ailleurs, ce qui en faisait des objets relativement précieux. Ils étaient préparés en étant grattés et polis, éventuellement trempés et séchés, et gravés de rainures, avant que les chamanes n'inscrivent des questions ou d'autres inscriptions dessus. La coquille ou l'os était ensuite chauffé jusqu'à ce qu'il se fissure, et la forme, la longueur et l'emplacement des fissures étaient alors interprétés soit par un chaman, soit par le roi lui-même, comme ayant diverses significations ou implications pour le roi ou le royaume. Des éléments d'interprétation étaient alors inscrits sur le même morceau d'os ou de coquillage craquelé. Les questions posées aux esprits couvraient une gamme de sujets ou de types, mais concernaient souvent la recherche de l'affirmation qu'il était de bon augure (ou du moins, pas de mauvais augure) de s'engager dans un projet de construction particulier, une action militaire, ou similaire, s'interrogeant sur la signification de les rêves du roi, ou sur diverses questions liées à la santé du roi et de sa famille, y compris sur la sécurité de sa lignée. En exécutant ce rituel, on a peut-être cru que le roi avait fait un voyage spirituel, ou une connexion spirituelle, pour parler avec des ancêtres ou des dieux. La musique, la danse et les boissons alcoolisées peuvent avoir été impliquées.

On ne sait pas combien d'individus ont été impliqués dans le rituel. Bien qu'il y ait des indications que le roi peut avoir lui-même effectué l'interprétation, il n'est pas clair si lui ou quelqu'un d'autre a fait l'inscription sur les os, si l'oracle ou le chaman qui a initialement reçu les questions ou les préoccupations du roi était le même individu qui a inscrit les inscriptions sur les ossements, ou s'il s'agissait de la même personne qui, à la suite d'un rite accompli, a classé les ossements inscrits comme un dossier à consulter ultérieurement. Ces nombreuses fonctions peuvent avoir été exercées par une seule personne ou par de nombreuses personnes différentes dans différentes professions ou postes. Ώ]

On dit que la pratique a commencé dans le nord de la Chine au 3e millénaire avant notre ère. On pense qu'il s'agit du premier exemple de telles pratiques dans le monde. La pratique a atteint son apogée en Chine sous la dynastie Shang au milieu du IIe millénaire av. Pendant ce temps, des pratiques similaires ont émergé parmi d'autres cultures à travers le monde, dont certaines ont continué à s'engager dans de telles pratiques jusqu'au 20ème siècle, certains groupes peuvent même continuer de telles pratiques aujourd'hui.

Des os d'oracle ont été découverts lors de fouilles archéologiques en Chine à partir de 1898, et depuis lors, plus de 200 000 fragments d'os d'oracle ont été trouvés, fournissant certaines des premières preuves existantes de l'écriture chinoise, de la loi et de la gouvernance, de la croyance spirituelle et de la pratique. et la culture autrement. Certains de ces fragments d'os et de coquillages contiennent des informations précieuses telles que les noms des rois, des royaumes (états) et des noms de règne/ère.


Un musée chinois offre 15 000 $ à quiconque peut résoudre cette ancienne énigme osseuse

C'est fascinant. Un musée en Chine offre 15 000 $ à quiconque peut déchiffrer certains caractères anciens. Ils essaient de résoudre l'énigme derrière leur collection d'os d'oracles. Ils remontent à plus de 3 000 ans sous la dynastie Shang. Les os sont parmi les premiers exemples de ce qu'ils appellent la pyromancie, ou la divination par le feu.

Les os d'Oracle ont été utilisés pour prédire l'avenir de choses telles que la météo, les résultats militaires et les fortunes personnelles. Tout d'abord, ils nettoyaient les os de toute viande, puis ils seraient grattés en douceur. Puis ils les oignaient de sang avant de graver une date, qui était le devin et ce qu'il fallait prédire. Les os seraient ensuite exposés à une chaleur élevée dans une fosse. Après avoir craqué, la diseuse de bonne aventure lisait les fissures dans les os pour prédire l'avenir.

Du Réseau Mère Nature :

Tendance : Les 15 meilleurs sites d'actualités conservateurs sur Internet

Si déchiffrer des caractères anciens est quelque chose qui vous vient facilement, un musée en Chine est prêt à payer généreusement pour vos services.

Le South China Morning Post rapporte que le Musée national de l'écriture chinoise à Anyang a lancé un appel mondial à l'aide pour déchiffrer la signification des caractères gravés sur sa collection d'os d'oracle. Datant de plus de 3 000 ans au Dynastie Shang, ces ossements marquent certains des premiers exemples de pyromancie, ou divination au moyen du feu.

Une ancienne forme de divination

Les os d'oracle ont été utilisés pendant la dynastie Shang (1600 à 1046 av. J.-C.) pour prédire des événements futurs tels que la météo, le succès des campagnes militaires et les fortunes personnelles. Les os ont été préparés en les nettoyant de la viande puis en les grattant ou en les lissant pour créer une surface plane. Oints de sang, ils étaient gravés d'une date, du devin (parfois même le roi Shang lui-même servait dans ce rôle), et le thème de la divination. Après avoir été exposés à une chaleur intense dans une fosse, les os se fissureraient et le devin interpréterait ces fissures pour obtenir des réponses.

Après que les os aient été utilisés, ils ont été jetés dans des fosses spéciales. Une fosse découverte en 1936 contenait plus de 17 000 ossements. Ces types d'os ont été découverts en 1899. Ils ont maintenant déterré plus de 200 000 os d'oracle à ce jour. Beaucoup d'autres ont été détruits par les herboristes et les pharmaciens chinois. Ils considèrent que les os ont des qualités magiques et les broient pour traiter toutes sortes de maladies et de blessures.

Les caractères ont une certaine ressemblance avec les caractères chinois. Mais les experts sont intrigués par eux. "Comme il y a longtemps et que de nombreux endroits ont changé de nom, il a été difficile de les vérifier", a déclaré Liu Fenghua, un spécialiste des os d'oracle de l'Université de Zhengzhou au Chengdu Economic Daily. "Pour des raisons financières, de nombreux chercheurs sur les os d'oracle ont changé d'orientation de recherche vers d'autres sujets. C'est pourquoi ils offrent le prix de 15 000 $ pour déchiffrer les os. C'est par personnage. Une fois approuvé par deux experts linguistiques distincts, l'argent sera remis et l'individu pourra essayer de déchiffrer un autre personnage. Un seul succès peut faire la carrière d'un linguiste chinois. Je me demande qui ce sera.

Une fosse d'os d'oracle découverte à Yinxu, Anyang. (Photo : Xuan Che/Wikimedia)

Plastron en tortue craquelé sculpté de personnages datant de la dynastie Shang. (Photo : BabelStone/Wikimedia)


9b. La dynastie Shang et la première histoire enregistrée de la Chine

L'histoire enregistrée en Chine commence avec la dynastie Shang. Les érudits se disputent aujourd'hui sur le début de la dynastie, avec des opinions allant du milieu du XVIIIe au milieu du XVIe siècle avant notre ère. Quelles que soient les dates, un événement plus que tout autre a marqué l'avènement de la dynastie Shang et de l'âge du bronze.

C'est pendant la dynastie Shang que le travail du bronze est devenu courant. Des milliers d'artefacts provenant des ruines de Yin, la dernière capitale des Shang, ont été déterrés à la fin des années 1920 et 1930. Des récipients en bronze pour boire étaient utilisés dans les cérémonies rituelles, tandis que des chars et des haches en bronze étaient utilisés au combat. Comme le métal était associé à la royauté, les tombeaux des rois Shang contenaient des centaines de petits objets en bronze, y compris des épingles à cheveux.

L'une des rares tombes intactes était celle de la légendaire Fuhao, épouse de Wu-ting. Sa tombe à elle seule contenait 468 œuvres de bronze et 775 pièces de jade. Certains des objets en bronze trouvés contenaient les premiers caractères chinois jamais écrits. De nature très simple, ces caractères représentaient souvent le nom du propriétaire de l'objet.


Les oracles écrits sur des carapaces de tortue constituent la première preuve du développement d'un système d'écriture en Chine.

Les os

En plus du bronze, des exemples du premier système d'écriture chinois peuvent être trouvés sur des os d'oracle, un autre type d'artefact caractéristique de la dynastie Shang. Les anciens prêtres chinois utilisaient couramment des carapaces de tortue et des os de bétail pour répondre aux questions sur l'avenir. Ils ont interprété les fissures formées par des trous percés dans les os. Les os d'oracle servaient également aux prêtres à écrire l'histoire de la dynastie et la chronologie des rois.

Aujourd'hui, plus de 150 000 os d'oracle ont été récupérés. Malheureusement, de nombreux autres artefacts contenant des écritures chinoises anciennes ont été perdus. L'écriture faite sur des livres de lanières de bambou et de soie n'a pas pu survivre à des siècles d'enfouissement dans la terre. Beaucoup de ceux qui ont survécu ont été brûlés par le premier empereur de la dynastie Ch'in vers 100 avant notre ère.

Société Shang

De ce qui a survécu, les archéologues et les historiens ont beaucoup appris sur la culture Shang. Les Shang étaient des ouvriers qualifiés des os, du jade, de la céramique, de la pierre, du bois, des coquillages et du bronze, comme le prouve la découverte de boutiques à la périphérie de palais mis au jour. Les habitants de la dynastie Shang vivaient de la terre et, au fil du temps, se sont installés de façon permanente dans des fermes au lieu d'errer comme des nomades.


La dynastie Shang a émergé au 17e siècle avant notre ère. comme la première véritable dynastie chinoise. Ses limites sont représentées en gris.

Pour se prémunir contre les inondations du Yangtze et du fleuve Jaune, les anciens Shang ont développé des formes complexes d'irrigation et de contrôle des inondations. La culture du mil, du blé, du riz et de l'orge constituaient les principales sources de nourriture, mais la chasse n'était pas rare. Les animaux domestiques élevés par les Shang comprenaient des porcs, des chiens, des moutons, des bœufs et même des vers à soie.

Comme beaucoup d'autres cultures anciennes, les Shang ont créé une pyramide sociale, avec le roi au sommet, suivi de la noblesse militaire, des prêtres, des marchands et des agriculteurs. Les enterrements étaient un moyen de distinguer les classes sociales. L'élite a été enterrée dans des tombes à fosse élaborées avec divers objets de richesse pour une éventuelle utilisation dans l'au-delà. Même un éléphant a été trouvé parmi les ruines d'un ancien tombeau. Les personnes qui ont construit ces tombes ont parfois été enterrées vivantes avec la royauté décédée. Les classes inférieures étaient enterrées dans des fosses de taille variable en fonction du statut, tandis que les personnes des classes inférieures étaient parfois même jetées dans des puits.

Commencer à croire

Toutes les classes avaient cependant une chose en commun : la religion. Les principales philosophies qui façonneront plus tard la Chine &mdash le taoïsme, le confucianisme et le bouddhisme &mdash n'avaient pas encore été formées. La religion populaire pendant la dynastie Shang était polythéiste, ce qui signifie que le peuple adorait de nombreux dieux.


Cette sculpture en bronze d'une tête humaine à la feuille d'or est typique des œuvres d'art en bronze créées pendant la dynastie Shang.

Le culte des ancêtres était également très important pour les Shang. On pensait que le succès des récoltes, la santé et le bien-être des gens reposaient sur le bonheur des ancêtres décédés. Si les ancêtres d'une famille étaient satisfaits, la vie de cette famille serait prospère. Cependant, si les esprits n'étaient pas satisfaits, de grandes tragédies pourraient se produire.

De plus, le dieu adoré par tout le monde pendant la dynastie Shang était Shang Ti, le "seigneur d'en haut". On croyait que Shang Ti était le lien entre les gens et les êtres célestes. Les âmes des ancêtres, pensait-on, rendaient visite à Shang Ti et recevaient leurs instructions de lui. Il était donc très important de s'assurer que Shang Ti était heureux. Cela a été fait avec divers rituels et prières, des offrandes et parfois même des sacrifices humains.


Dames badass de l'histoire chinoise : Fu Hao

"Badass Ladies" vous présente diverses femmes chinoises qui ont fait plus que tenir la moitié du ciel, des lutteuses aux scientifiques, des médecins aux philosophes. Chaque semaine, nous mettons en lumière les histoires des femmes qui ont contribué à faire de la Chine ce qu'elle est aujourd'hui.

La dame badass de cette semaine est une reine guerrière très ancienne née pendant la dynastie Shang. La dynastie Shang a régné sur la Chine orientale de 1600 avant notre ère à 1046 avant notre ère, à peu près à la même époque que les grands pharaons régnaient sur l'Égypte. L'ascension de Fu Hao (妇好) vers la gloire a commencé lorsqu'elle a épousé le roi Wu Ding. Leur mariage faisait partie de sa stratégie diplomatique musclée pour épouser une femme de chaque tribu environnante. À la fin de sa vie, le roi Wu avait plus de 60 femmes, mais Fu Hao était de loin la plus importante.

En tant qu'épouse du roi, le nom de Fu Hao apparaissait parfois sur des os d'oracle trouvés sur les sites archéologiques de la dynastie Shang. Ceux-ci étaient parfois utilisés pendant les prières pour la grossesse ou la protection contre la maladie, qui étaient assez courantes chez les femmes, mais étaient également utilisés dans des contextes plus surprenants. Les os d'Oracle étaient inscrits sur les vœux qu'elle vaincra ses ennemis au combat ou qu'elle réussisse des conquêtes. D'autres encore lui ont demandé d'accomplir des rituels au nom du roi lui-même ! À partir de ces inscriptions, les archéologues ont reconstitué le puzzle de l'histoire de sa vie.

Fu Hao a gravi les échelons des épouses du roi pour devenir son épouse la plus favorisée. Elle n'a pas passé beaucoup de temps au palais, car ses fonctions semblaient largement impliquer de mener des campagnes militaires sur les tribus et les royaumes environnants. Fu Hao a facilement vaincu les tribus qui s'étaient battues contre les Shang pendant des générations, assurant une paix durable et étendant le territoire de la dynastie Shang.

Dans une campagne contre le peuple Ba, Fu Hao a mené la première embuscade enregistrée dans l'histoire chinoise. Au sommet de sa puissance militaire, elle commandait plus de 13 000 soldats et avait plusieurs généraux sous ses ordres. Elle était un commandant si talentueux qu'après sa mort, son mari lui a fait des sacrifices, lui demandant son aide spirituelle au combat.

Comme si sa puissance militaire n'était pas assez impressionnante, les archives montrent que Fu Hao était une politicienne active, conseillant le roi sur les questions intérieures et les relations étrangères. Elle a joué un rôle actif dans les rituels religieux de l'époque, effectuant une variété de cérémonies pour s'attirer les faveurs des dieux et des esprits, ainsi que prédire l'avenir en lisant les fissures dans les os d'oracle. Elle a également maintenu son propre fief à la lisière du territoire Shang, terre qu'elle avait conquise lors d'une conquête militaire.

Comme de nombreuses figures de la dynastie Shang, Fu Hao était entourée de mystère, considéré par certains comme plus mythologique qu'historique – jusqu'à ce que les archéologues découvrent sa tombe. En 1976, des archéologues sont tombés sur une tombe massive à l'extérieur de la ville d'Anyang, la plus grande tombe intacte de Shang jamais découverte. À l'intérieur, ils ont trouvé plus de 400 bronzes, 700 figures de jade, des fosses remplies d'os d'oracle et un trésor d'armes anciennes. Seize cadavres humains ont été découverts plus tard, très probablement des esclaves de Fu Hao, avec des preuves de sacrifice humain sur place.

Le nom de Fu Hao a été retrouvé inscrit sur de nombreux ossements rituels de la tombe, et les descriptions de son enterrement correspondaient à celles d'autres sources. C'était un moment extatique à la Indiana Jones pour les archéologues, c'est certain.

Les découvertes dans la tombe ont confirmé tout ce qui avait été écrit sur elle. À partir des os d'oracle enterrés avec elle, les chercheurs ont appris que son mari, le roi, lui avait spécifiquement demandé de mener des rituels et des sacrifices, ce qui signifiait qu'elle était une figure religieuse importante, peut-être avec une expertise particulière. La plupart des armes enterrées avec elle sont ornées et recouvertes de pierres précieuses, montrant à la fois son statut élevé et son lien avec l'armée.

Grâce aux découvertes sur sa tombe, l'héritage de Fu Hao en tant que dame dure à cuire non seulement perdure, mais sa vie et sa mort fournissent de riches preuves aux scientifiques et aux historiens pour en savoir plus sur le monde de la Chine ancienne.


Images dans les flammes

Dans certaines sociétés, les os étaient brûlés et les chamanes ou les prêtres utilisaient les résultats pour la divination. Appelée pyro-ostéomancie, cette méthode consistait à utiliser les os d'un animal fraîchement abattu. Dans certaines parties de la Chine pendant la dynastie Shang, l'omoplate, ou omoplate, d'un gros bœuf était utilisée. Des questions étaient inscrites sur l'os, il était placé dans un feu, et les fissures résultant de la chaleur donnaient aux voyants et aux devins les réponses à leurs questions.

On pense que les Celtes utilisaient une méthode similaire, en utilisant l'os de l'épaule d'un renard ou d'un mouton. Une fois que le feu atteignait une température suffisamment élevée, des fissures se formaient sur l'os, et celles-ci révélaient des messages cachés à ceux qui avaient été formés à leur lecture. Dans certains cas, les os étaient bouillis avant d'être brûlés, pour les ramollir.


Os d'Oracle - Histoire

21h18 L'Egypte ancienne Sans commentaires

Récipients en bronze et os d'oracle
La plupart des gens pendant la dynastie Shang vivaient dans de petits villages agricoles. Les fermiers cultivaient des céréales, élevaient des poulets et des porcs et élevaient des vers à soie pour les tissus de soie. Les artisans fabriquaient des outils en bronze, des armes et de beaux récipients utilisés pour les rituels. Un rituel est une manière définie de conduire une cérémonie.

Le peuple Shang utilisait des vases rituels en bronze lors de cérémonies pour honorer leurs ancêtres décédés. Les ancêtres sont des parents plus éloignés que les grands-parents. En raison de l'importance des rituels, les Shang consacraient beaucoup d'habileté, d'énergie et de temps à la fabrication de récipients rituels en bronze. Parfois, le fabricant d'un récipient en bronze y graverait une inscription indiquant qui l'avait fabriqué et quel ancêtre il honorait. De telles inscriptions sont parmi les premiers exemples d'écriture chinoise.

Les anciens Chinois adoraient leurs ancêtres et plusieurs dieux. Les ancêtres étaient vénérés parce qu'ils étaient considérés comme très sages et capables de guider la vie des vivants. La plupart des dieux vénérés par les Shang étaient des dieux de la nature. Les Shang priaient les dieux du vent, de la pluie et du feu, ainsi que les dieux des directions - nord, sud, est et ouest. Le dieu principal des Shang s'appelait Shang Di, ce qui signifie "Dieu-en-Haut". Le nom de ce dieu suggère que les gens croyaient qu'il vivait dans le ciel et supervisait tout ce qu'ils faisaient.

Les anciens Shang pensaient que leurs ancêtres pouvaient communiquer avec les
dieux. Les ancêtres ont été invités à encourager les puissants dieux de la nature à être gentils avec l'humanité. Les Shang craignaient que des dieux en colère n'apportent des catastrophes, des maladies ou des attaques ennemies.

Les rois Shang demandaient souvent à leurs ancêtres des conseils sur une grande variété de sujets. Pour connaître les réponses à ses questions, le roi avait besoin de l'aide d'un devin. Un devin était une personne qui, croyait-on, pouvait communiquer avec les esprits des morts.
Le devin déposait des ossements d'animaux ou des carapaces de tortues. Ensuite, le devin touchait les os ou les coquillages avec des bâtons de métal chaud. La chaleur a provoqué la formation de fissures sur les os et les coquilles. Le devin a ensuite donné les ossements et les coquillages au roi. Le roi Shang « lisait » les fissures pour trouver les réponses à ses questions.

Lady Hao (vers 1250 av. J.-C.)
La plupart des informations dont nous disposons sur le peuple Shang proviennent de leurs tombes. Malheureusement, la plupart des tombes Shang ont été pillées avant d'être découvertes par les archéologues. La seule tombe royale Shang non pillée avant sa découverte est la tombe de Lady Hao. Il contenait plus de 460 objets en bronze et plusieurs sculptures en jade et en ivoire.

On sait peu de choses sur Lady Hao. Certains chercheurs pensent qu'elle est mentionnée dans les inscriptions sur les os d'oracle de l'époque en tant qu'épouse du roi Wu Ding. Selon ces inscriptions, Lady Hao s'occupait de certains rituels et gérait un domaine en dehors de la capitale. Elle a également mené des campagnes militaires une fois avec plus de 13 000 soldats.


Questions similaires

Arts du langage

Instructions : Soulignez le verbe dans chaque phrase, puis écrivez passé présent ou futur. 1. Nous étudions l'anglais dans la classe de Pete. -Soulignez l'étude et ceci est présent 2. L'anglais n'était pas ma langue maternelle.- Je suis confus sur cette phrase.

Anglais

Luther Burbank /dévolu/ plus de 800 nouvelles variétés végétales futur présent passé*** futur parfait Cette recette /produira/ deux douzaines de cookies aux pépites de chocolat passé futur parfait*** présent futur Depuis sa blessure sur la piste

Science

Que pensent les scientifiques de l'ancêtre commun des baleines et des hippopotames ? R. L'animal avait deux membres. B. L'animal vivait dans l'eau. C. L'animal est toujours vivant aujourd'hui. D. L'animal a vécu il y a des millions d'années. Quel exemple

Q : Marissa recherche des informations sur les étudiants en arts martiaux. Elle a découvert que 7 étudiants d'arts martiaux sur 12 s'entraînent chaque jour. il y a 144 élèves dans son école. Partie A : Prédisez combien d'élèves s'entraînent chaque jour.

Sur un échantillon aléatoire de 30 élèves de sixième année, 9 avaient voyagé en dehors des États-Unis. Il y a un total de 120 élèves de sixième année dans l'école. Prédisez combien d'étudiants ont voyagé en dehors des États-Unis. A 28 élèves B 36

Études sociales

J'ai besoin de réponses aux questions : Comment le transport a-t-il été normalisé sous le Qin ? A Les routes avaient la même largeur. Les voitures B avaient la même hauteur. C Tout le monde a payé la même taxe de circulation. D Les essieux des voitures étaient de la même longueur. Lequel

Géographie

Quelles sont les 2 raisons pour lesquelles certains géographes pensent aujourd'hui que la théorie de Thomas Malthus ne peut pas être utilisée pour prédire les futurs problèmes de population ? Expliquer. Quelles sont les 2 raisons pour lesquelles certains géographes démentent aujourd'hui que la théorie de Thomas Malthus peut être utilisée pour

Géographie

Quelle phrase est la version la plus grammaticalement correcte et la plus claire ? 1 point En termes réalistes, était-ce vraiment important pour César que le milieu de la plupart des mois tombe le 15, en particulier en mars et l'Oracle lui a dit

J'ai une question que je n'arrive pas à résoudre en fait. Quelqu'un peut-il m'aider s'il vous plait ? Marissa recherche des informations sur les étudiants en arts martiaux. Elle a découvert que 7 artistes martiaux sur 12 pratiquent tous les jours. Il y a 144 arts martiaux

Algèbre

Dans une animalerie, Rhonda a payé 11,50 $ pour 3 gamelles pour chien et 4 os. Kelly 13 $ pour 2 coups de chien et 8 os. Combien Andrew paiera-t-il pour 4 gamelles pour chien et 2 os ?

Calcul 3

La fonction oracle f(x,y) est présentée ci-dessous. Pour chaque point (x,y) que vous entrez, l'oracle vous indiquera la valeur f(x,y). Estimer la dérivée partielle de la fonction à (1,6,−0,0999999999999999) en utilisant le quotient de Newton

Aide-enseignant

En classe, la technique d'intégration/inclusion inversée est utilisée A seulement avec des élèves légèrement retardés B plus souvent que la salle de ressources pour les élèves ayant des troubles du comportement C pour placer les élèves ayant des besoins particuliers dans la majorité D


Os d'Oracle - Histoire


L'histoire de la Chine est racontée dans des documents historiques traditionnels qui remontent aux trois souverains et aux cinq empereurs il y a environ 5 000 ans, complétés par des documents archéologiques datant du XVIe siècle av. La Chine est l'une des plus anciennes civilisations continues du monde. Des carapaces de tortues avec des marques rappelant les anciennes écritures chinoises de la dynastie Shang ont été datées au carbone d'environ 1500 av. La civilisation chinoise trouve son origine dans les cités-États de la vallée du fleuve Jaune.

La rivière jaune a été nommée ainsi en raison du loess qui s'accumulerait sur la rive et dans la terre, puis elle coulerait, créant une teinte jaunâtre dans l'eau. 221 av. J.-C. est l'année communément acceptée où la Chine est devenue unifiée sous un grand royaume ou empire. Les dynasties successives de l'histoire chinoise ont développé des systèmes bureaucratiques qui ont permis à l'empereur de Chine de contrôler le vaste territoire.

La Chine a été unie pour la première fois par Qin Shi Huang en 221 av. La Chine a alterné des périodes d'unité politique et de désunion, devenant parfois dominée par des peuples étrangers, dont la plupart ont été assimilés à la population chinoise. Les influences culturelles et politiques de nombreuses régions d'Asie, portées par des vagues successives d'immigration, d'expansion et d'assimilation, se sont fusionnées pour créer la culture chinoise.

De chasseurs-cueilleurs à agriculteurs

Ce qui est aujourd'hui la Chine était habitée par l'Homo erectus il y a plus d'un million d'années. Une étude récente montre que les outils en pierre trouvés sur le site de Xiaochangliang sont datés magnétostratigraphiquement il y a 1,36 million d'années. Le site archéologique de Xihoudu dans la province du Shanxi est le plus ancien enregistré d'utilisation du feu par l'Homo erectus, qui date d'il y a 1,27 million d'années.

Les fouilles de Yuanmou et plus tard de Lantian montrent une habitation précoce. Le spécimen le plus célèbre d'Homo erectus trouvé en Chine est peut-être le soi-disant homme de Pékin découvert en 1923. Deux pièces de poterie ont été découvertes dans la grotte de Liyuzui à Liuzhou, dans la province du Guangxi, datées de 16 500 et 19 000 av.

Les premières preuves de l'agriculture proto-chinoise du mil sont datées au carbone d'environ 7 000 av. J.-C. et associées au site de Jiahu (également le site des premiers instruments de musique jouables). Cette période comprend également la première étape de la langue écrite chinoise (toujours en débat) et la première production de vin dans le monde. Jiahu contient la culture Peiligang du comté de Xinzheng, Henan, dont seulement 5 % ont été fouillés en 2006.

L'agriculture s'est accompagnée d'une augmentation de la population, de la capacité de stocker et de redistribuer les récoltes et de soutenir les artisans et administrateurs spécialisés. À la fin du néolithique, la vallée du fleuve Jaune a commencé à s'établir comme un centre culturel, où les premiers villages ont été fondés, le plus important sur le plan archéologique a été trouvé à Banpo, Xi'an.

Préhistoire

L'histoire ancienne de la Chine est compliquée par l'absence d'une langue écrite au cours de cette période, associée à l'existence de documents de périodes ultérieures tentant de décrire des événements qui se sont produits plusieurs siècles auparavant. Le problème provient en quelque sorte de siècles d'introspection de la part du peuple chinois qui a brouillé la distinction entre réalité et fiction en ce qui concerne cette histoire ancienne.

Vers 7000 avant JC, les Chinois cultivaient le mil, donnant naissance à la culture Jiahu. À Damaidi dans le Ningxia, 3 172 gravures sur falaise datant de 6 000 à 5 000 av. Ces pictogrammes sont réputés être similaires aux premiers caractères confirmés être écrits en chinois. Plus tard, la culture de Yangshao a été remplacée par la culture de Longshan vers 2500 av. Des sites archéologiques tels que Sanxingdui et Erlitou témoignent d'une civilisation de l'âge du bronze en Chine. Le premier couteau en bronze a été trouvé à Majiayao dans le Gansu et dans la province de Qinhai, daté de 3000 av.

La première histoire complète de la Chine, les Archives du Grand Historien écrits par l'historiographe chinois Sima Qian au IIe siècle av. Ces dirigeants étaient des sages-rois et des modèles moraux semi-mythiques. La tradition considère l'un d'eux, l'Empereur Jaune, comme l'ancêtre du peuple chinois Han.

Sima Qian dit que le système de domination héritée a été établi pendant la dynastie Xia, et que ce modèle s'est perpétué dans les dynasties Shang et Zhou enregistrées. C'est durant cette période des Trois Dynasties qu'émerge la Chine historique.

Ère antique

L'historien Sima Qian (145 av.

Il y avait 17 rois de 14 générations pendant la dynastie Xia de Yu le Grand à Jie de Xia selon Sima Qian et d'autres documents antérieurs de la période des printemps et de l'automne et de la période des Royaumes combattants.

Les peuples Shang et Zhou existaient avec la dynastie Xia depuis le début de Xia. Ils étaient les vassaux fidèles de Xia. La durée exacte de la dynastie Xia est difficile à définir maintenant, mais se concentre principalement sur deux options, soit 431 ans, soit 471 ans.

La plupart des archéologues relient maintenant le Xia aux fouilles d'Erlitou dans la province centrale du Henan, où une fonderie de bronze datant d'environ 2000 av. Les premières marques de cette période, trouvées sur la poterie et les coquillages, seraient les ancêtres des caractères chinois modernes. Avec peu de documents écrits clairs correspondant aux os de l'oracle Shang ou aux écrits des vases en bronze Zhou, l'ère Xia reste mal comprise.

La première trace écrite découverte du passé de la Chine date de la dynastie Shang, peut-être au 13ème siècle avant JC, et prend la forme d'inscriptions de documents divinatoires sur les os ou les carapaces d'animaux - les soi-disant os d'oracle. Les découvertes archéologiques fournissant des preuves de l'existence de la dynastie Shang, vers 1600-1046 avant JC sont divisées en deux ensembles. Le premier ensemble, de la première période Shang (vers 1600-1300 av. J.-C.) provient de sources à Erligang, Zhengzhou et Shangcheng. Le deuxième ensemble, de la dernière période Shang ou Yin, se compose d'un grand nombre d'écritures en os d'oracle. Anyang dans le Henan moderne a été confirmé comme la dernière des neuf capitales des Shang (vers 1300-1046 avant JC). La dynastie Shang comptait 31 rois, des Tang de Shang au roi Zhou de Shang, ce fut la plus longue dynastie de l'histoire chinoise.

Les Archives du Grand Historien déclarent que la dynastie Shang a déplacé sa capitale six fois. Le mouvement final et le plus important vers le Yin en 1350 av. J.-C. a conduit à l'âge d'or de la dynastie. Le terme dynastie Yin a été synonyme de la dynastie Shang dans l'histoire, bien qu'il ait récemment été utilisé spécifiquement en référence à la seconde moitié de la dynastie Shang.

Les historiens chinois vivant dans les périodes ultérieures étaient habitués à la notion d'une dynastie succédant à une autre, mais la situation politique réelle dans la Chine ancienne est connue pour avoir été beaucoup plus compliquée. Par conséquent, comme le suggèrent certains érudits chinois, les Xia et les Shang peuvent éventuellement faire référence à des entités politiques qui existaient simultanément, tout comme le premier Zhou (État successeur des Shang) est connu pour avoir existé en même temps que les Shang.

Des documents écrits trouvés à Anyang confirment l'existence de la dynastie Shang. Cependant, les érudits occidentaux hésitent souvent à associer les colonies contemporaines de la colonie Anyang à la dynastie Shang. Par exemple, les découvertes archéologiques à Sanxingdui suggèrent une civilisation technologiquement avancée culturellement différente d'Anyang. La preuve n'est pas concluante pour prouver à quelle distance le royaume Shang s'étendait d'Anyang. L'hypothèse principale est qu'Anyang, gouverné par le même Shang dans l'histoire officielle, coexistait et commerçait avec de nombreuses autres colonies culturellement diverses dans la région qui est maintenant appelée la Chine proprement dite.

À la fin du IIe millénaire av. J.-C., la dynastie Zhou a commencé à émerger dans la vallée du fleuve Jaune, envahissant les Shang. Les Zhou semblaient avoir commencé leur règne sous un système semi-féodal. Les Zhou étaient un peuple qui vivait à l'ouest de Shang, et le chef Zhou avait été nommé « Protecteur occidental » par les Shang. Le souverain des Zhou, le roi Wu, avec l'aide de son oncle, le duc de Zhou, en tant que régent, réussit à vaincre les Shang à la bataille de Muye. Le roi de Zhou à cette époque invoqua le concept du Mandat du Ciel pour légitimer son règne, un concept qui allait influencer presque toutes les dynasties successives. Les Zhou ont initialement déplacé leur capitale vers l'ouest dans une zone proche de l'actuelle Xi'an, près du fleuve Jaune, mais ils présideraient à une série d'expansions dans la vallée du fleuve Yangtze. Ce serait la première de nombreuses migrations de population du nord au sud dans l'histoire chinoise.

Après une consolidation politique plus poussée, sept États importants subsistaient à la fin du Ve siècle av. Bien qu'il restât un roi Zhou nominal jusqu'en 256 avant JC, il était en grande partie une figure de proue et détenait peu de pouvoir réel. Au fur et à mesure que les territoires voisins de ces États belligérants, y compris les régions du Sichuan et du Liaoning modernes, ont été annexés, ils ont été gouvernés par le nouveau système administratif local de commanderie et de préfecture. Ce système était utilisé depuis la période des printemps et des automnes et des parties peuvent encore être vues dans le système moderne de Sheng & Xian (province et comté). L'expansion finale de cette période a commencé sous le règne de Ying Zheng, le roi de Qin. Son unification des six autres puissances et d'autres annexions dans les régions modernes du Zhejiang, du Fujian, du Guangdong et du Guangxi en 214 avant JC lui ont permis de se proclamer le premier empereur Qin Shi Huangdi.

Ère impériale


Premier Empereur - Qin Shi Huang Di

Les historiens se réfèrent souvent à la période allant de la dynastie Qin à la fin de la dynastie Qing comme la Chine impériale. Bien que le règne unifié de l'empereur Qin n'ait duré que douze ans, il a réussi à soumettre de grandes parties de ce qui constitue le noyau de la patrie chinoise Han et à les unir sous un gouvernement légaliste étroitement centralisé siégeant à Xianyan (dans le Xi'an moderne).

La doctrine du légalisme qui guidait les Qin mettait l'accent sur le strict respect d'un code juridique et le pouvoir absolu de l'empereur. Cette philosophie du légalisme, bien qu'efficace pour étendre l'empire de manière militaire, s'est avérée impraticable pour le gouverner en temps de paix. Le Qin a présidé au silence brutal de l'opposition politique, y compris l'événement connu sous le nom d'incendie et d'enterrement des savants. Ce serait l'impulsion derrière la dernière Synthèse Han incorporant les écoles plus modérées de la gouvernance politique.

La dynastie Qin est bien connue pour le début de la Grande Muraille de Chine, qui a ensuite été augmentée et améliorée pendant la dynastie Ming. Les autres contributions majeures des Qin comprenaient le concept de gouvernement centralisé, l'unification du code juridique, la langue écrite, la mesure et la monnaie de la Chine après les tribulations des périodes de printemps et d'automne et des Royaumes combattants. Même quelque chose d'aussi basique que la longueur des essieux des charrettes devait être uniformisé pour assurer un système commercial viable dans tout l'empire.


Les tombeaux chinois pourraient surpasser les merveilles égyptiennes Cosmos - 21 mars 2007
La tombe du premier empereur de Chine est potentiellement l'une des plus spectaculaires sur Terre, mais un débat houleux se développe sur l'opportunité de la fouiller.


Fondateur de la dynastie Han

La dynastie Han a émergé en 206 av. Ce fut la première dynastie à adopter la philosophie du confucianisme, qui devint le fondement idéologique de tous les régimes jusqu'à la fin de la Chine impériale. Sous la dynastie Han, la Chine a fait de grands progrès dans de nombreux domaines des arts et des sciences. L'empereur Wu Han Wudi consolida et étendit l'empire chinois en repoussant les Xiongnu (parfois identifiés aux Huns) dans les steppes de la Mongolie intérieure moderne, leur arrachant les régions modernes du Gansu, du Ningxia et du Qinghai. Cela a permis la première ouverture de connexions commerciales entre la Chine et l'Occident, la Route de la Soie.

Néanmoins, les acquisitions foncières par les familles d'élite ont progressivement asséché l'assiette fiscale. En l'an 9 de notre ère, l'usurpateur Wang Mang fonda l'éphémère dynastie Xin ("Nouvelle") et lança un vaste programme de réformes foncières et économiques. Ces programmes, cependant, n'ont jamais été soutenus par les familles propriétaires de terres, car ils ont favorisé les paysans et la petite noblesse, et l'instabilité qu'ils ont produite a provoqué le chaos et les soulèvements.

L'empereur Guangwu rétablit la dynastie Han avec le soutien des familles de propriétaires terriens et de marchands à Luoyang, à l'est de Xi'an. Cette nouvelle ère serait appelée la dynastie des Han de l'Est. Le pouvoir des Han déclina à nouveau au milieu des acquisitions de terres, des invasions et des querelles entre les clans consorts et les eunuques.

La rébellion des Turbans jaunes a éclaté en 184, inaugurant une ère de seigneurs de la guerre. Dans la tourmente qui s'ensuivit, trois États tentèrent de s'imposer pendant la Période des Trois Royaumes. This time period has been greatly romanticized in works such as Romance of the Three Kingdoms.

Though the three kingdoms were reunited temporarily in 278 by the Jin Dynasty, the contemporary non-Han Chinese (Wu Hu) ethnic groups controlled much of the country in the early 4th century and provoked large-scale Han Chinese migrations to south of the Chang Jiang. In 303 the Di people rebelled and later captured Chengdu, establishing the state of Cheng Han. Under Liu Yuan the Xiongnu rebelled near today's Linfen County and established the state of Han Zhao.

His successor Liu Cong captured and executed the last two Western Jin emperors. Sixteen kingdoms were a plethora of short-lived non-Chinese dynasties that came to rule the whole or parts of northern China in the 4th and 5th centuries. Many ethnic groups were involved--including ancestors of the Turks, Mongolians, and Tibetans. Most of these nomadic peoples had to some extent been "Sinicized" long before their ascent to power. In fact, some of them, notably the Ch'iang and the Xiong-nu, had already been allowed to live in the frontier regions within the Great Wall since late Han times.

Signaled by the collapse of East Jin Dynasty in 420, China entered the era of the Southern and Northern Dynasties. The Han people managed to survive the military attacks from the nomadic tribes of the north, such as the Xian Bei, and their civilization continued to thrive.

An increasing number of nomadic people in Northern China adopted Confucianism as personal life guidance and state ideology while becoming gradually assimilated into the Han Chinese civilization. During this rivalry between Northern and Southern China, Buddhism propagated throughout China for the first time, despite facing opposition from Taoist followers. Tuo Ba Tao a faithful Taoist believer and emperor of the Northern Wei Dynasty (one of the Northern Dynasties), issued orders to eliminate Buddhism from the country.

In Southern China, fierce debates about whether Buddhism should be allowed to exist were held frequently by the royal court and nobles. Finally, near the end of the Southern and Northern Dynasties era, both Buddhist and Taoist followers compromised and became more tolerant of each other.

In 589, Sui annexed the last Southern Dynasty, Chen, through military force, and put an end to the era of Southern and Northern Dynasties.


Founder of the Sui Dynasty

The Sui Dynasty, which managed to reunite the country in 589 after nearly four centuries of political fragmentation, played a role more important than its length of existence would suggest. In the same way that the Qin rulers of the third century BC had unified China after the Warring States Period, so the Sui brought China together again and set up many institutions that were to be adopted by their successors, the Tang. Like the Qin, however, the Sui overused their resources and collapsed. Also similar to the Qin, traditional history has judged the Sui somewhat unfairly it has stressed the harshness of the Sui regime and the megalomania of its second emperor, giving little credit for the Dynasty's many positive achievements.


Founder of the Tang Dynasty

On June 18, 618, Gaozu took the throne, and the Tang Dynasty was established, opening a new age of prosperity and innovations in arts and technology. Buddhism, which had gradually been established in China from the first century, became the predominant religion and was adopted by the royal family and many of the common people.

Chang'an (modern Xi'an), the national capital, is thought to have been the world's biggest city at the time. The Tang and the Han are often referred to as the most prosperous periods of Chinese history.

The Tang, like the Han, kept the trade routes open to the west and south and there was extensive trade with distant foreign countries and many foreign merchants settled in China.

The Tang introduced a new system into the Chinese government, called the "Equal Field" System. This system gave families land grants from the Emperor based on their needs, not their wealth.

From about 860 the Tang Dynasty began to decline due to a series of rebellions within China itself, and in the previously subject Kingdom of Nanzhao to the south. One of the warlords, Huang Chao, captured Guangzhou in 879, killing most of the 200,000 inhabitants including most of the large colony of foreign merchant families there. In late 880 Luoyang surrendered to him and on 5 January, 881 he conquered Chang'an. The emperor Xizong fled to Chengdu and Huang established a new temporary regime, which was eventually destroyed by Tang forces. but another time of political chaos followed.

The period of political disunity between the Tang and the Song, known as the Five Dynasties and Ten Kingdoms Period, lasted little more than half a century, from 907 to 960. During this brief era, when China was in all respects a multistate system, five regimes succeeded one another rapidly in control of the old Imperial heartland in northern China. During this same time, 10 more stable regimes occupied sections of southern and western China, so the period is also referred to as that of the Ten Kingdoms.


Founder of the Song Dynasty

In 960, the Song Dynasty (960-1279) gained power over most of China and established its capital in Kaifeng, starting a period of economic prosperity, while the Khitan Liao Dynasty ruled over Manchuria and eastern Mongolia.

In 1115 the Jurchen Jin Dynasty (1115-1234) emerged to prominence, annihilating the Liao Dynasty in 10 years. Meanwhile, in what are now the northwestern Chinese provinces of Gansu, Shaanxi, and Ningxia, there emerged a Western Xia Dynasty from 1032 up to 1227, established by Tangut tribes.

It also took power over northern China and Kaifeng from the Song Dynasty, which moved its capital to Hangzhou. The Southern Song Dynasty also suffered the humiliation of having to acknowledge the Jin Dynasty as formal overlords. In the ensuing years China was divided between the Song Dynasty, the Jin Dynasty and the Tangut Western Xia. Southern Song experienced a period of great technological development which can be explained in part by the military pressure that it felt from the north. This included the use of gunpowder weapons, which played a large role in the Song Dynasty naval victories against the Jin in the Battle of Tangdao and Battle of Caishi on the Yangtze River in 1161 AD. Furthermore, China's first permanent standing navy was assembled and provided an admiral's office at Dinghai in 1132 AD, under the reign of Emperor Renzong of Song.

The Song Dynasty is considered by many to be classical China's high point in science and technology, with innovative figures such as Su Song (1020-1101 AD) and Shen Kuo (1031-1095 AD). There was court intrigue with the political rivals of the Reformers and Conservatives, led by the chancellors Wang Anshi and Sima Guang, respectively. By the mid to late 13th century the Chinese had adopted the dogma of Neo-Confucian philosophy formulated by Zhu Xi. There were enormous literary works compiled during the Song Dynasty, such as the historical work of the Zizhi Tongjian. Culture and the arts flourished, with grandiose artworks such as Along the River During Qingming Festival and Eighteen Songs of a Nomad Flute, while there were great Buddhist painters such as Lin Tinggui.

Founder of the Ming Dynasty

Throughout a short-lived Yuan Dynasty, there was strong sentiment, among the populace, against the rule of the foreigners, which finally led to peasant revolts. The Mongolians were pushed back to the steppes and replaced by the Ming Dynasty in 1368.

Urbanization increased as the population grew and as the division of labor grew more complex. Large urban centers, such as Nanjing and Beijing, also contributed to the growth of private industry. In particular, small-scale industries grew up, often specializing in paper, silk, cotton, and porcelain goods. For the most part, however, relatively small urban centers with markets proliferated around the country. Town markets mainly traded food, with some necessary manufactures such as pins or oil.

Despite the xenophobia and intellectual introspection characteristic of the increasingly popular new school of neo-Confucianism, China under the early Ming Dynasty was not isolated. Foreign trade and other contacts with the outside world, particularly Japan, increased considerably. Chinese merchants explored all of the Indian Ocean, reaching East Africa with the voyages of Zheng He, original name Ma Sanbao.

Zhu Yuanzhang or (Hong-wu,), the founder of the dynasty, laid the foundations for a state interested less in commerce and more in extracting revenues from the agricultural sector. Perhaps because of the Emperor's background as a peasant, the Ming economic system emphasized agriculture, unlike that of the Song and the Mongolian Dynasties, which relied on traders and merchants for revenue. Neo-feudal landholdings of the Song and Mongol periods were expropriated by the Ming rulers. Great landed estates were confiscated by the government, fragmented, and rented out. Private slavery was forbidden. Consequently, after the death of Emperor Yong-le, independent peasant landholders predominated in Chinese agriculture. These laws might have paved the way to removing the worst of the poverty during the previous regimes. The laws against the merchants and the restrictions under which the craftsmen worked remained essentially as they had been under the Song, but now the remnants of the older foreign merchant class also fell under these new Ming laws. Their influence quickly dwindled.

The dynasty had a strong and complex central government that unified and controlled the empire. The emperor's role became more autocratic, although Zhu Yuanzhang necessarily continued to use what he called the "Grand Secretaries" to assist with the immense paperwork of the bureaucracy, including memorials (petitions and recommendations to the throne), imperial edicts in reply, reports of various kinds, and tax records. It was this same bureaucracy that later prevented the Ming government from being able to adapt to changes in society, and eventually led to its decline.

Emperor Yong-le strenuously tried to extend China's influence beyond its borders by demanding other rulers send ambassadors to China to present tribute. A large navy was built, including four-masted ships displacing 1,500 tons. A standing army of 1 million troops (some estimate as many as 1.9 million) was created. The Chinese armies conquered Annam while the Chinese fleet sailed the China seas and the Indian Ocean, cruising as far as the east coast of Africa. The Chinese gained influence in Eastern Turkestan.

Several maritime Asian nations sent envoys with tribute for the Chinese emperor. Domestically, the Grand Canal was expanded, and proved to be a stimulus to domestic trade. Over 100,000 tons of iron per year were produced. Many books were printed using movable type. The imperial palace in Beijing's Forbidden City reached its current splendor. The Ming period seems to have been one of China's most prosperous. It was also during these centuries that the potential of south China came to be fully exploited. New crops were widely cultivated and industries such as those producing porcelain and textiles flourished. However, it was also during this period that China fell substantially behind Europe in technological and military power, an event known as the "Great Divergence."

During the Ming dynasty the last construction on the Great Wall was undertaken to protect China from foreign invasions. While the Great Wall had been built in earlier times, most of what is seen today was either built or repaired by the Ming. The brick and granite work was enlarged, the watch towers were redesigned, and cannons were placed along its length.


Opulent Clothing Unearthed in Ming Dynasty Tomb Live Science - December 8, 2014
Archaeologists in China have unearthed a husband-and-wife tomb dating to the Ming Dynasty that contains extraordinarily well-preserved clothing decorated with elaborate designs. The 500-year-old tomb contained a wooden coffin for the husband and another for his wife. The two coffins lay side by side within an outer coffin, which in turn was covered by a layer of slurry (a mix of lime and sticky rice soup). Although archaeologists found only a few bones in the coffins, the clothing was finely preserved. The woman's coffin had a banner saying that she was "Lady Xu, deceased mother of the Wang family of the Ming Dynasty." Her coffin contains an undershirt with patches that show a detailed image of a Kylin, a mythical creature with the head of a dragon, a scaly body and bushy tale. The Kylin is shown amidst clouds, rocks and sea water.

The Qing Dynasty (1644-1911) was founded after the defeat of the Ming, the last Han Chinese dynasty, by the Manchus. The Manchus were formerly known as the Jurchen and invaded from the north in the late seventeenth century. An estimated 25 million people died during the Manchu conquest of Ming Dynasty (1616-1644). Even though the Manchus started out as alien conquerors, they quickly adopted the Confucian norms of traditional Chinese government. They eventually ruled in the manner of traditional native dynasties.

The Manchus enforced a 'queue order' forcing the Han Chinese to adopt the Manchu queue and Manchu-style clothing. The Manchus had a special hair style: the "queue". They cut hair off the front of their heads and made the remaining hair into a long pigtail. The traditional Chinese clothing, or Hanfu was also replaced by Manchu-style clothing. Qipao (bannermen dress and Tangzhuang), usually regarded as traditional Chinese clothing nowadays, are actually Manchu-style clothing. The penalty for not complying was death.

Emperor Kangxi ordered the creation of the most complete dictionary of Chinese characters ever put together at the time. Under Emperor Qianlong, the compilation of a catalogue of the important works on Chinese culture was made.

The Manchus set up the "Eight Banners" system in an attempt to avoid being assimilated into Chinese society. The "Eight Banners" were military institutions, set up to provide a structure with which the Manchu "bannermen" were meant to identify. Banner membership was to be based on traditional Manchu skills such as archery, horsemanship, and frugality. In addition, they were encouraged to use the Manchu language, rather than Chinese. Bannermen were given economic and legal privileges in Chinese cities.

Over the next half-century, the Manchus consolidated control of some areas originally under the Ming, including Yunnan. They also stretched their sphere of influence over Xinjiang, Tibet and Mongolia.

During the nineteenth century, Qing control weakened. China suffered massive social strife, economic stagnation, and increased Western involvement including the destructive trade in opium and the new influence of missionary work. Britain's desire to continue its opium trade with China collided with imperial edicts prohibiting the addictive drug, and the First Opium War erupted in 1840. Britain and other Western powers, including the United States, France, Russia, and Germany thereupon forcibly occupied "concessions" and gained special commercial privileges. Hong Kong was ceded to Britain in 1842 under the Treaty of Nanjing . The Taiping Rebellion (1851-1864) was the largest civil war in China.

In addition, more costly rebellions in terms of human lives and economics followed the Taiping Rebellion such as the Punti-Hakka Clan Wars, Nien Rebellion, Muslim Rebellion, Panthay Rebellion and the Boxer Rebellion. In many ways, the rebellions and the treaties the Qing were forced to sign with the imperialist powers are symptomatic of the inability of the Chinese government to respond adequately to the challenging conditions facing China in the nineteenth century.

Modern Era

The two Opium wars and the opium trade were costly outcomes for the Qing dynasty and the Chinese people. The Qing imperial treasury was declared bankrupt twice arising from indemnities incurred in the Opium wars and the large outflow of silver due to the opium trade (in tens of billions of ounces). China suffered two extreme famines exactly twenty years after each opium war in the 1860s and 1880s, and the Qing imperial dynasty was ineffective in helping the population. Socially these events had a profound impact as it challenged the hegemony that the Chinese had enjoyed in Asia for centuries. As a result, the country was in a state of turmoil.

A large rebellion, the Taiping Rebellion, involved around a third of China falling under control of the Taiping Tianguo, a quasi-Christian religious movement led by the "Heavenly King" Hong Xiuquan. Only after fourteen years were the Taipings finally crushed - the Taiping army was destroyed in the Third Battle of Nanking in 1864. In total between twenty million and fifty million lives were lost, making it the second deadliest war in human history.

The Qing officials were slow to adopt modernity and suspicious of social and technological advances that they viewed as a threat to their absolute control over China. Therefore, the dynasty was ill-equipped to handle the Western encroachment. Western powers did intervene militarily to quell domestic chaos, such as the Taiping Rebellion and the anti-imperialist Boxer Rebellion. General Gordon, later killed in the siege of Khartoum, Sudan, was often credited with having involved to help the Qing dynasty to defeat the Taiping insurrection.

By the 1860s, the Qing Dynasty had put down the rebellions at enormous cost and loss of life. This undermined the credibility of the Qing regime and, spearheaded by local initiatives by provincial leaders and gentry, contributed to the rise of warlordism in China.

The Qing Dynasty under the Emperor Guangxu proceeded to deal with the problem of modernization through the Self-Strengthening Movemen.

However, between 1898 and 1908 the Empress Dowager Cixi had the reformist Guangxu imprisoned for being 'mentally disabled'. The Empress Dowager with the help of conservatives, initiated a military coup, effectively removed the young Emperor from power, and overturned most of the more radical reforms. He died one day before the death of the Empress Dowager (some believe Guangxu was poisoned by Cixi). Official corruption, cynicism, and imperial family quarrels made most of the military reforms useless. As a result, the Qing's "New Armies" were soundly defeated in the Sino-French War (1883-1885) and the Sino-Japanese War (1894-1895).

At the start of the 20th century, the Boxer Rebellion threatened northern China. This was a conservative anti-imperialist movement that sought to return China to old ways. The Empress Dowager, probably seeking to ensure her continued grip on power, sided with the Boxers when they advanced on Beijing. In response the Eight-Nation Alliance invaded China. Consisting of British, Japanese, Russian, Italian, German, French, US and Austrian troops, the alliance defeated the Boxers and demanded further concessions from the Qing government.

Frustrated by the Qing court's resistance to reform and by China's weakness, young officials, military officers, and students - inspired by the revolutionary ideas of Sun Yat-sen - began to advocate the overthrow of the Qing Dynasty and creation of a republic. A revolutionary military uprising, the Wuchang Uprising, began on October 10, 1911 in Wuhan.

The provisional government of the Republic of China was formed in Nanjing on March 12, 1912 with Sun Yat-sen as President, but Sun was forced to turn power over to Yuan Shikai, who commanded the New Army and was Prime Minister under the Qing government, as part of the agreement to let the last Qing monarch abdicate (a decision he would later regret). Yuan Shikai proceeded in the next few years to abolish the national and provincial assemblies and declared himself emperor in 1915. Yuan's imperial ambitions were fiercely opposed by his subordinates, and faced with the prospect of rebellion, Yuan abdicated and died shortly afterwards in 1916, leaving a power vacuum in China. His death left the republican government all but shattered, ushering in the era of the "warlords" when China was ruled by shifting coalitions of competing provincial military leaders.

A little noticed event (to the rest of the world) in 1919 would have long-term repercussions for the rest of Chinese history in the 20th century. This was the May Fourth Movement. This movement began as a response to the insult imposed on China by the Treaty of Versailles ending World War I but became a protest movement about the domestic situation in China. The discrediting of liberal Western philosophy amongst Chinese intellectuals was followed by the adoption of more radical lines of thought. This in turn planted the seeds for the irreconcilable conflict between the left and right in China that would dominate Chinese history for the rest of the century.

In the 1920s, Sun Yat-Sen established a revolutionary base in south China, and set out to unite the fragmented nation. With Soviet assistance, he entered into an alliance with the fledgling Communist Party of China. After Sun's death from cancer in 1925, one of his prot g s, Chiang Kai-shek , seized control of the Kuomintang (Nationalist Party or KMT,) and succeeded in bringing most of south and central China under its rule in a military campaign known as the Northern Expedition. Having defeated the warlords in south and central China by military force, Chiang was able to secure the nominal allegiance of the warlords in the North.

In 1927, Chiang turned on the CPC and relentlessly chased the CPC armies and its leaders from their bases in southern and eastern China. In 1934, driven from their mountain bases such as the Chinese Soviet Republic, the CPC forces embarked on the Long March across China's most desolate terrain to the northwest, where they established a guerrilla base at Yan'an in Shanxi Province.

During the Long March, the communists reorganized under a new leader, Mao Zedong (Mao Tse-tung). The bitter struggle between the KMT and the CPC continued, openly or clandestinely, through the 14-year long Japanese invasion (1931-1945), even though the two parties nominally formed a united front to oppose the Japanese invaders in 1937, during the Sino-Japanese War (1937-1945) portion of World War II. The war between the two parties resumed following the Japanese defeat in 1945. By 1949, the CPC occupied most of the country.

Chiang Kai-shek fled with the remnants of his government to Taiwan in 1949 and his Nationalist Party would control the island as well as a few neighboring islands until democratic elections in the early 1990s. Since then, the political status of Taiwan has always been under dispute.

With the proclamation of the People's Republic of China (PRC) on October 1, 1949, China was divided once again according to the claims of that government. However, the actual political and legal status of Taiwan is disputed. Since the 1990s, the Republic of China government that governs Taiwan along with associated islands as well as some small islands off the coast of Fujian has been pushing to gain international recognition, while the People's Republic of China vehemently opposes foreign involvement, and insists that foreign relations not deviate from the One-China policy.


Epi-Olmec script

One of the most important Olmec finds was the discovery of an inscribed slab found under the waters of the Acula River near the village of La Mojarra in 1986 in the Mexican state of Veracruz. Dubbed Stela 1 of La Mojarra, this monument was inscribed with 465 glyphs arranged in 21 columns, and the image of a ruler. The writing on it is nothing like any other writing system in Mesoamerica, such as Maya, Zapotec, Mixtec, or Aztec, although like the Maya it also used the Long Count.

However, Stela 1 of La Mojarra is not the only example of its writing system. Most of the monuments that bear glyphs in the same (or similar) writing system are also found near the Isthmus of Tehuantepec, the thin stretch of land that separates the majority of Mexico from its south-eastern states and from Central America, although none has texts as long as the Stela. The famous Tuxtla Statuette, a hand-length nephrite figurine of an almost comedic man dressed in a duck's outfit, bears a Long Count date of 162 CE as well as non-calendric glyphs. Other famous inscriptions include Stela C of Tres Zapotes, with a Long Count date of 32 BCE, and Stela 1 of Chiapa de Corzo (located in Chiapas, Mexico), with an incomplete date conjectured to be 36 BCE. In the site of Cerro de las Mesas, Veracruz, highly erroded monuments also bear Long Count dates, but from the early Classic period at around 450 CE, as well as a large stone version of the Tuxtla Statuette devoid of any text.

Scholars have given this script many names, epi-Olmec was chosen since it is more common in scientific literature. Some have called this script the "La Mojarra script" after the location where the Stela was found. Another name, also based on a geographical name, is the "Isthmian Script", named after the Isthmus of Tehuantepec. You would find all three names used in publications, and websites. Yet another name is the "Tuxtla Script", named after the Tuxtla Statuette as well as the Tuxtla Mountains near which many of the texts have been found.

Left side image of La Mojarra Stela 1, showing a person identified as "Harvester Mountain Lord". Inscriptions in the Isthmian or Epi-Olmec script on the right side of La Mojarra Stela 1

The Epi-Olmec script turned out to be structurally similar to the Maya. It is logophonetic, meaning that one set of the signs, the phonograms, have phonetic values, while the other glyphs, called logograms, represents morpheme. A morpheme is a word or part of a word that cannot be broken further into smaller units with relevant meaning. For instance, the English word beautiful can be broken down into beauty and -ful, neither of which can be broken down further. Beauty is a morpheme because it is a word. Furthermore, -ful carries the meaning of "a lot of", and can also be used with other words, like bountiful, faithful, and others. Hence it is not a unique derivation of beauty, but a morpheme in its own right.

In a logophonetic system, both logograms and phonograms are used. Frequently logograms make up the root of a word whereas phonograms spell out the prefixes and suffixes that modify the root.

The vowel u ("u" with a line through the middle) is a strange vowel. It is a central high vowel, meaning that it's like the common vowel [i] but the position of the peak of the tongue is halfway between the throat and the teeth. You can check out Phonetics for details on how to pronounce it.

All phonograms in the Epi-Olmec script represent syllables. So we call the set of phonograms the syllabary:

The Epi-Olmec culture was a cultural area in the central region of the present-day Mexican state of Veracruz, concentrated in the Papaloapan River basin, a culture that existed during the Late Formative period, from roughly 300 BCE to roughly 250 CE. Epi-Olmec was a successor culture to the Olmec, hence the prefix "epi-" or "post-". Although Epi-Olmec did not attain the far-reaching achievements of that earlier culture, it did realize, with its sophisticated calendrics and writing system, a level of cultural complexity unknown to the Olmecs.



Commentaires:

  1. Hok'ee

    Dans tout le charme!

  2. Laoidhigh

    Bravo, le message excellent

  3. Hanley

    Elle a été visitée par une pensée simplement brillante

  4. Unika

    Vous admettez l'erreur.

  5. Andweard

    Phrase merveilleusement, très utile

  6. Hok'ee

    Bravo, vous avez été visité par l'idée tout simplement magnifique

  7. Zugami

    Bien produit ?

  8. Ady

    Bonne nouvelle, continuez comme ça, bonne chance à l'avenir.



Écrire un message